Mali : les putschistes imposent un premier ministre

le
0
La nomination de Diango Sissoko, doté d'une solide expérience, a été saluée par la communauté internationale.

La vacance du pouvoir n'aura pas duré. Mardi soir, moins de vingt heures après la démission forcée de Cheick Modibo Diarra, un nouveau premier ministre a été nommé à Bamako, Diango Sissoko. «Ce choix n'est pas une surprise et devrait contenter un peu tout le monde», souligne une figure politique malienne.

Le nouveau chef du gouvernement a des arguments pour plaire. Il a toujours affiché une certaine distance tant vis-à-vis du président par intérim Dioncounda Traoré que de la junte conduite par le capitaine Amadou Haya Sanogo. À 62 ans, il bénéficie aussi d'une solide expérience politique accumulée dans les divers postes de ministres occupés lors de la présidence du dictateur Moussa Traoré, puis celle d'Amadou Toumani Touré. «Il devrait être plus fiable et compétent que Diarra», explique Gilles Yabi, du centre de réflexion International Crisis Gr...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant