Mali-Les habitants de Gao protestent contre les violences

le
0
    BAMAKO, 13 juillet (Reuters) - Des habitants de Gao, dans le 
nord du Mali, ont réclamé mercredi la démission du gouverneur de 
Gao, du ministre malien de la Sécurité nationale et des chefs de 
la police, de la gendarmerie et de l'armée à Gao au lendemain de 
la mort de trois manifestants abattus par des militaires.  
    Les rues de la ville étaient calmes mercredi mais un sit-in 
a rassemblé plusieurs centaines de manifestants devant le bureau 
du gouverneur régional.  
    Les marchés sont paralysés et le gouvernement local et les 
banques sont fermés depuis mardi, a déclaré un fonctionnaire, 
Mahamadou Tamboura.  
    Le gouvernement de Bamako a promis la venue rapide de 
plusieurs ministres. 
    Les tirs lors de la manifestation de mardi ont fait, outre 
les trois morts, une trentaine de blessés.  
    Les manifestants protestaient contre l'installation d'une 
nouvelle autorité de transition censée prendre les rênes de la 
région à partir de vendredi, en vertu de l'accord de paix signé 
il y a un an entre le gouvernement et la Coordination des 
mouvements de l'Azawad (CMA), qui réunit les principaux groupes 
rebelles touaregs du nord du Mal. Ils estiment que cette 
autorité donnera le pouvoir aux groupes armés et ne sera pas 
bénéfique pour les habitants.     
    "Les mêmes groupes qui nous maltraitaient hier veulent 
maintenant nous gouverner sous l'étiquette d'une autorité 
intérimaire. Nous disons non", a expliqué Abdoulaye Touré, l'un 
des participants au sit-in.  
 
 (Adama Diarra, Tiemoko Diallo; Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant