Mali : les forces spéciales françaises tuent deux chefs terroristes

le , mis à jour à 21:21
0
Mali : les forces spéciales françaises tuent deux chefs terroristes
Mali : les forces spéciales françaises tuent deux chefs terroristes

Deux des principaux chefs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et d’Ansar Eddine, deux mouvements terroristes islamistes «responsables de nombreuses attaques contre les forces internationales», ont été tués dans la nuit du 17 au 18 mai par les forces spéciales françaises au Nord-Mali. Deux autres terroristes ont également été tués, comme l'a annoncé mercredi en fin d'après-midi le ministère de la Défense. 

Les deux responsables se nomment Ibrahim Ag Inawalen alias « Bana» et Amada Ag Hama alias «Abdelkrim al-Targui» que l'on peut traduire par « Abdelkrim le Touareg ».  Abdelkrim le Touareg est le «responsable présumé de l'assassinat des journalistes de RFI», Ghislaine Dupont et Claude Verlon tués le 2 novembre 2013 à Kidal, dans le nord du Mali, a ensuite souligné le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. «La France a la mémoire longue», a-t-il ajouté, lors d'un discours devant des étudiants à Paris. Ces assassinats avaient eu lieu lors de l'opération militaire Serval menée par l'armée française qui visait à repousser les islamistes qui avaient pris le contrôle du nord du pays.

«Un coup dur aux groupes armés terroristes sahéliens», selon le ministère

Selon RFI, «Abdelkrim le Touareg», Malien membre de la communauté touarègue, était «le chef de l'une des quatre katibas (unité de combattants) d'Aqmi, liée à quasiment tous les enlèvements de ressortissants français dans la zone : Michel Germaneau, enlevé en 2010 au nord du Niger puis assassiné, certains affirment par Targui lui-même ; Serge Lazarevic et Philippe Verdon, dont l’enlèvement en novembre 2010 à Hombori a été revendiqué par la katiba d'Abdelkrim al-Targui...»

Dans un communiqué, le ministre de la Défense «félicite les forces françaises pour leur action et leur détermination dans la lutte menée contre les groupes armés terroristes au Sahel». «Cette opération, après celle ayant mis hors de combat ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant