Mali : les députés votent la prolongation de l'intervention française

le
0
Mali : les députés votent la prolongation de l'intervention française
Mali : les députés votent la prolongation de l'intervention française
L'Assemblée nationale a voté, lundi, la prolongation de l'opération militaire française au Mali. Le Sénat devait se prononcer à son tour dans la soirée. Ce, alors que plus de 500 soldats ont déjà quitté le Mali depuis le début du désengagement des forces françaises, entamé mi-avril, selon l'état-major des armées. Le nombre des soldats français encore déployés au Mali s'élève à «un peu moins de 4.000». Au plus fort de l'opération Serval, le contingent français était de près de 4.500 hommes.

Lancée dans l'urgence le 11 janvier, l'opération Serval a permis de démanteler les réseaux jihadistes dans le nord du pays, au prix de violents affrontements, meurtriers, notamment dans l'Adrar des Ifoghas, où les combattants d'Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) s'étaient retranchés. L'armée française poursuit actuellement ses opérations notamment contre de petits groupes de combattants islamistes dans la région de Gao.

L'intervention est une «réussite» selon Ayrault

Les députés ont donc, sans surprise, autorisé le maintien des opérations. Un vote sans ambiguité : 342 voix pour, et 0 voix contre. Seuls les élus du Front de gauche ont choisi de s'abstenir.

Au début de la séance, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a qualifié de «réussite» sur le plan politique et militaire, l'intervention française lancée dans l'urgence le 11 janvier dernier. «Réussite politique, parce que la décision du président de la République d'engager la France a profondément changé la donne du combat contre les groupes terroristes», a déclaré le chef du gouvernement. «Réussite militaire également», a-t-il poursuivi, rendant hommage au courage et au professionnalisme des soldats français.

Après le Premier ministre, les principaux orateurs se sont félicités du «consensus politique» qui s'est fait dès le début sur l'intervention au Mali, jusqu'à présent largement soutenue par les parlementaires, y...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant