Mali : la junte s'engage à rendre le pouvoir

le
0
C'est désormais au président du Parlement d'organiser une élection présidentielle sous 40 jours. Mais la tenue d'un tel scrutin est illusoire dans ce Mali coupé en deux par l'occupation du nord du pays par les Touaregs.

De notre envoyé spécial à Bamako

La junte malienne a finalement lâché le pouvoir. Soumis à d'intenses pressions internationales et locales, l'éphémère chef de l'Etat, le capitaine Amadou Haya Sanago, a accepté vendredi soir, dans un bref discours à la télévision, de rétablir totalement l'ordre constitutionnel. C'est le président de l'Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, qui va prendre provisoirement la tête de l'état malien.

M. Traoré, réfugié au Niger depuis le putsch du 22 mars, était attendu samedi à Bamako. Cette nomination n'est pas une surprise, l'impopularité du président déchu, Amadou Toumani Touré, dit ATT, rendant impossible son retour aux affaires. Mais l'accord, longuement négocié sous l'égide du ministre des Affaires étrangères burkinabé Djibrill Bassolé, ne s'arrête pas là et anticipe les heures difficiles qui s'ouvrent pour le Mali. En théorie, la tâche de Dioncounda Traoré devrait se limiter, selon la loi fondamentale, à orga

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant