Mali : la France repart au combat

le
1
Sept soldats des forces françaises ont perdu la vie au cours de l'opération Serval.
Sept soldats des forces françaises ont perdu la vie au cours de l'opération Serval.

Mercredi, l'armée française, appuyée de troupes maliennes et de forces de l'ONU, a lancé l'opération militaire Hydre contre des groupes djihadistes dans le Nord-Mali. Plus de 1 500 soldats ont été déployés pour, selon les mots de l'Élysée, "éviter (une) résurgence" des "mouvements terroristes". Un terrorisme djihadiste bien "installé" dans la région, selon François Hollande.

Si les combats semblaient se faire plus rares au Mali, Mathieu Pellerin, chercheur associé à l'Institut français des relations internationales (Ifri), rappelle qu'"il y a eu de nombreuses opérations menées par les hommes de la mission Serval ces derniers mois. Certaines ont d'ailleurs été très concluantes. Simplement, elles n'ont pas été médiatisées, pour des raisons qui appartiennent aux autorités françaises. Face à la recrudescence des attentats ces dernières semaines, la France a voulu communiquer davantage".

En effet, depuis près d'un mois, les troupes françaises (4 500 hommes au plus fort des combats) engagées sur place depuis janvier 2013 notent une hausse importante du nombre d'attaques djihadistes. Dernière en date, à Tessalit (nord-est du Mali), où deux soldats tchadiens de la Minusma (Mission de l'ONU au Mali) et un enfant sont morts.

Le terrorisme n'a pas disparu

Cette recrudescence des attaques s'explique par "la reformation des groupes, très affaiblis après les premières semaines de l'opération Serval". "Il leur aura fallu du temps pour se...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 25 oct 2013 à 19:26

    Un nouvel Afghanistan en préparation.