Mali : l'ONU valide l'envoi de 12 600 Casques bleus

le
0
Mali : l'ONU valide l'envoi de 12 600 Casques bleus
Mali : l'ONU valide l'envoi de 12 600 Casques bleus

Trois jours après la prolongation officielle de la mission française au Mali, c'est une victoire diplomatique pour la France. Le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé jeudi la création d'une force de maintien de la paix de 12600 Casques bleus chargée de stabiliser le nord du pays après l'intervention française contre les islamistes qui contrôlaient cette région.

Cette Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), qui prendra le relais de la Misma (force panafricaine), sera déployée au 1er juillet prochain, si les conditions de sécurité le permettent, et «pour une période initiale de 12 mois».

Dans les 60 jours à venir, le Conseil devra déterminer si la sécurité sur le terrain est suffisante, indique la résolution, mise au point par la France et adoptée à l'unanimité. La Minusma comprendra au maximum 11200 soldats et 1440 policiers, dont des «bataillons de réserve capables de se déployer rapidement».

La France pourra être sollicitée pour combattre la guérilla

Le texte autorise «les troupes françaises (...) à intervenir en soutien à des éléments de la Minusma en cas de danger grave et imminent les menaçant et à la demande» du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Un millier de soldats français doivent rester au Mali pour contrer une éventuelle guérilla des groupes islamistes armés. L'armée française dispose aussi de bases arrières au Sénégal, en Côte d'Ivoire ou au Tchad.

Le contingent français au Mali doit passer de 3850 soldats aujourd'hui à 2000 en juillet et à un millier fin 2013. Au plus fort de l'opération Serval, lancée le 11 janvier, il comptait près de 4500 hommes. La Minusma n'aura pas pour mission la lutte antiterroriste mais devra «stabiliser les centres urbains essentiels, particulièrement dans le Nord» et «empêcher un retour d'éléments armés dans ces zones». Les Casques bleus devront aussi protéger les civils et le patrimoine...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant