Mali : l'état d'urgence levé en vue de l'élection présidentielle

le
0
Mali : l'état d'urgence levé en vue de l'élection présidentielle
Mali : l'état d'urgence levé en vue de l'élection présidentielle

Au Mali, l'état d'urgence a été levé samedi, avant le lancement de la campagne pour l'élection présidentielle, dont le premier tour se tiendra le 28 juillet. Cette mesure, annoncée par le ministère de la Sécurité, est le signe d'un retour progressif à la normale dans un pays qui vient de connaître la plus grave crise de son histoire récente.

L'état d'urgence interdisait réunions publiques, rassemblements, manifestations de rue de nature à troubler l'ordre public et instaurait un couvre-feu. Il avait été décrété le 12 janvier par le président Dioncounda Traoré, suite à l'avancée des rebelles islamistes dans le centre du pays, à Konna.

Cette offensive avait précipité l'intervention de l'armée française au Mali contre les groupes jihadistes et criminels liés à Al-Qaïda, désormais en grande partie chassés du nord du pays. Ces derniers avaient pris le contrôle de cette région désertique pendant plusieurs mois.

François Hollande avait affirmé que l'«opération Serval» visait notamment à protéger les 6 000 citoyens français vivant au Mali, où plusieurs d'entre eux ont été capturés.

Quelque 3 200 soldats français sont toujours présents au Mali, mais leur nombre va progressivement diminuer, pour ne plus atteindre qu'un millier d'hommes à la fin de l'année. Ils serviront alors de soutien éventuel à la Mission de stabilisation de l'ONU au Mali (Minusma) qui été mise en place le 1er juillet. D'une capacité actuelle de 6 300 soldats ouest-africains et tchadiens, ses effectifs doivent doubler d'ici décembre.

La décision de lever l'état d'urgence, qui avait été reconduit à deux reprises depuis janvier, intervient à la veille du lancement dimanche de la campagne présidentielle. La Cour constitutionnelle a validé vendredi 28 candidatures sur 36, parmi lesquels celles des anciens Premiers ministres Ibrahim Boubacar Keita, Cheick Modibo Diarra ainsi que Soumaïla Cissé, ancien président de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant