Mali-Des diplomates à Kidal pour rencontrer des rebelles touaregs

le
0

BAMAKO, 17 mars (Reuters) - Des diplomates sont arrivés mardi par hélicoptère à Kidal, dans le nord du Mali, pour des discussions destinées à relancer les pourparlers de paix avec les rebelles touaregs au lendemain de leur rejet de l'accord d'Alger. Les rebelles touaregs du nord du Mali, après consultation de leur base, ont finalement rejeté l'accord de paix préliminaire proposé le 1er mars à Alger, et signé seulement par le gouvernement malien, estimant que ce texte ne s'attaquait pas aux racines du conflit. Signe de la difficulté de la tâche qui attend l'équipe de médiateurs venue à Kidal, plusieurs centaines d'habitants ont défilé dans la ville mardi en déployant des banderoles frappées des mots "Nous ne signerons pas" et en agitant les drapeaux du Nord, qu'ils nomment Azawad, ont rapporté des témoins. "Cette décision est entièrement la leur (ndlr, des Touaregs)", a déclaré Pierre Buyoya, haut représentant de l'Union africaine pour le Mali et le Sahel, au micro de Radio France Internationale (RFI), à Kidal. "Notre mission est de les encourager à prendre la bonne décision, qui est de signer." La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), qui représente cinq groupes rebelles, a estimé lundi que l'accord d'Alger, rédigé après huit mois de discussions, constituait une bonne base pour la poursuite des discussions, mais qu'il ne répondait pas, en l'état, aux aspirations du peuple touareg et devait être amélioré. "Il sera difficile (de signer), pour toutes les raisons que nous avons déjà exposées", a dit mardi le porte-parole du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), Moussa Ag Acharatoumane. Un diplomate représentant la France, qui assume actuellement la présidence du Conseil de sécurité, a indiqué que des sanctions, comme par exemple une interdiction de voyager, pourraient être envisagées contre les rebelles s'ils persistaient à ne pas signer. (Tiemoko Diallo; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant