Mali : Bamako demande l'aide de la France, Paris prône le dialogue

le
4
Mali : Bamako demande l'aide de la France, Paris prône le dialogue
Mali : Bamako demande l'aide de la France, Paris prône le dialogue

La France a appelé jeudi à l'arrêt des hostilités dans le nord du Mali, où s'affrontent l'armée régulière et des groupes armés, et réclamé une reprise urgente des négociations entre le nord et Bamako. «Il est essentiel que les hostilités cessent et que des pourparlers inclusifs démarrent», a déclaré le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal, jugeant «urgent que les parties reviennent à la table des négociations afin d'éviter l'escalade» du conflit.

La France pourrait toutefois être confrontée à un véritable dilemme dans les jours qui viennent. Officiellement, les troupes française n'ont en effet pas vocation à prendre parti pour l'un ou l'autre des belligérants, mais à lutter contre le terrorisme. Mais la présence de jihadistes aux côtés du MNLA et du Mouvement de l'Azawad peut-elle conduire la force Serval à intervenir, comme le demandent les autorités maliennes ?

La France refuse de prendre parti. Bamako envisage de demander un appui à la France, comme l'a indiqué ce jeudi le ministère malien de la Défense, Boubèye Maïga. «Nous sommes en relation avec la force Serval qui est prête à considérer positivement notre demande d'appui. Nous sommes en relation avec la force Serval pour identifier la nature de l'appui que nous pourrions leur demander en fonction de l'évolution de la situation», a indiqué le ministre. Environ 45 soldats français étaient d'ailleurs présents samedi 17 mai à Kidal, quand la ville malienne a été le théâtre d'affrontements meurtriers, mais «le rôle des forces françaises s'est borné à assurer la sécurité du Premier ministre malien», a rappelé l'état-major des armée.

La France maintient notamment un contingent d'un peu moins de cent militaires à Kidal, où ils ont pour mission d'appuyer les forces maliennes et de l'ONU. Officiellement, l'opération française Serval a pour vocation de lutter contre les groupes terroristes et non d'intervenir dans les affaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4426670 le jeudi 22 mai 2014 à 18:12

    En plus, on n'a plus d'argent......

  • M4426670 le jeudi 22 mai 2014 à 18:12

    Ils sont au courant, à Bamako, que la colonisation, c'est fini????

  • C177571 le jeudi 22 mai 2014 à 17:28

    Ou est notre grand chef de guerre? Chez les actrices? A Cannes? Pas sur le terrain en tout cas! !!

  • j.delan le jeudi 22 mai 2014 à 16:50

    Notre A.N.E. cherche à exister, mais son souhait ne relève que de la naïveté: pathétique