Mali : Aqmi fait monter la pression sur les otages

le
0
Paris se refusait à confirmer mercredi matin l'exécution d'un otage français, Philippe Verdon, annoncée dans la nuit par une agence de presse mauritanienne.

«En matière d'otages, il y a des preuves de vie et des preuves de morts et, en l'occurrence, nous n'en avons pas»: c'est avec une grande prudence que l'on réagissait, mercredi matin, à l'information tombée quelques heures auparavant sur l'exécution d'un otage français, Philippe Verdon, rapportée par l'Agence mauritanienne Nouakchott Information (ANI), citant un homme se disant porte-parole d'al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI).

Selon cette source, un dénommé «Al-Qairawani» a affirmé que Philippe Verdon, enlevé en novembre 2011 à Hombori, dans le nord du Mali, et qualifié d'«espion» , a été exécuté «le 10 mars en réponse à l'intervention de la France dans le nord du Mali». «Le président français est responsable de la vie des autres otages français», a déclaré ce mystérieux «porte-parole» à l'agence ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant