Mali : à la recherche des tueurs « froids » de Kidal

le
0
INFOGRAPHIE - Paris et Bamako ont dénoncé le meurtre samedi des deux salariés de Radio France Internationale tués en pays touareg.

Le drame s'est noué à Kidal, la capitale du pays touareg, une bourgade qui se perd au nord du Mali dans le sable et le vent du désert. Samedi matin, Ghislaine Dupont et Claude Verlon se rendent au domicile d'Ambeiri Ag Rhissa, un cadre du groupe rebelle touareg MNLA (Mouvement national pour la libération de l'Azawad) pour l'interviewer. Ils se déplacent en voiture, accompagnés de leur fixeur-chauffeur dans la bourgade sans rue, ni trottoir.

Une fois l'entretien achevé, les deux journalistes sortent et s'apprêtent à remonter dans leur véhicule. Il est 13 h 10. C'est à ce moment que surgissent plusieurs hommes, qui les attendaient devant la maison du chef rebelle. Les ravisseurs sont alors au nombre de trois, selon la version rapportée par le MNLA. D'autres sources parlent de quatre personnes. En tamashek, la langue touareg, ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant