Mali : 5 étrangers tués lors de la prise d'otage de Sévaré

le , mis à jour à 19:39
0
Mali : 5 étrangers tués lors de la prise d'otage de Sévaré
Mali : 5 étrangers tués lors de la prise d'otage de Sévaré

Au moins douze personnes, dont cinq militaires maliens, ont été tuées lors de la prise d'otages dans un hôtel de Sévaré, au nord du Mali. L'action n'avait toujours pas été revendiquée ce samedi. Le commando armé, qui retenait plusieurs personnes, a été délogé dans la nuit de vendredi à samedi par les forces maliennes. Epaulées par des forces étrangères, les autorités du pays ont libéré plusieurs otages, mais n'ont pu que constater la mort d'un Sud-Africain.

«Il y a eu 12 morts au total» durant les opérations liées à l'attaque de l'hôtel Byblos, dont «cinq Fama (forces armées maliennes), cinq terroristes», a affirmé une source militaire. La mission onusienne avait fait part de la mort dans l'attaque d'«un membre du personnel international associé de la Minusma» la Mission de l'ONU au Mali . Entre-temps, l'organisation a communiqué la mort de quatre autres employés travaillant pour des compagnies sous-traitantes de la Minusma, un Malien, un Népalais et deux Ukrainiens. Elle a également fait état de quatre étrangers rescapés de l'attaque: deux Sud-Africains, un Russe et un Ukrainien.

Attaque terroriste à #Sévaré - La @UN_MINUSMA déplore les pertes en vies humaines https://t.co/AKKZJ1bpCt— MINUSMA (@UN_MINUSMA) 8 Août 2015

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a réaffirmé le soutien des Nations unies au processus de paix dans le pays, dans un communiqué diffusé samedi.

La prise d'otage déclenchée par l'attaque manquée d'un site militaire

Les assaillants avaient fait irruption vendredi vers 7 heures (locales et GMT) à l'hôtel Byblos de Sévaré, où séjournent régulièrement des expatriés, selon le gouvernement malien et des sources militaires. D'après la Minusma, le commando ciblait dans un premier temps «un site militaire malien» de la ville où ils ont été repoussés par les forces maliennes. Ils se sont ensuite retranchés dans l'hôtel.

De source militaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant