Mali : 20 soldats tués dans des affrontements avec les rebelles

le
0
Mali : 20 soldats tués dans des affrontements avec les rebelles
Mali : 20 soldats tués dans des affrontements avec les rebelles

De nouvelles violences ont fait plusieurs morts dans le nord du Mali. Les forces maliennes ont enregistré dans leurs rangs une vingtaine de morts et une trentaine de blessés à Kidal (1.500 km au nord-est de Bamako), lors d'affrontements mercredi contre les groupes armés, qui ont pris la ville, a indiqué jeudi soir le ministre malien de la Défense à la télévision publique. Il n'a pas fourni de bilan concernant les groupes armés.

Selon l'ONU, deux villes du nord, Kidal et Menaka, ont été reprises par les rebelles touareg. «Les villes de Kidal et de Ménaka (660 km à l'est de Kidal)sont maintenant sous le contrôle du MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad, rébellion touareg indépendantiste), après de violents combats avec l'armée malienne», a déclaré jeudi Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l'ONU à New York. «Des mouvements du MNLA ont également été rapportés à Anefis et Aguelhoc, entre autres localités du Nord», a-t-il ajouté au cours d'un point de presse.

Des réactions d'hostilité envers les soldats français et onusiens

Des défaites humiliantes pour les autorités maliennes qui envisagent de demander une aide de la force française Serval déployée dans la région. Les autorités maliennes ont reconnu avoir perdu Kidal, précisant que Ménaka était «sous pression» des groupes armés. Mercredi peu après les combats meurtriers, un responsable du MNLA avait affirmé qu'une coalition de trois groupes armés avait combattu les forces maliennes à Kidal. Il avait ajouté que ces groupes avaient ensuite pris, sans combat, d'autres villes du Nord abandonnées par les soldats maliens, citant Anderamboukane, Ménaka, Aguelhoc, Tessalit, Anefis.

Ce retour en force des rebelles et les dernières violences ont suscité à Bamako et dans plusieurs villes des réactions d'hostilité envers les soldats français et onusiens déployés dans le Nord. Ils sont accusés de passivité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant