Malgré un incident, Berlin espère une trêve durable en Ukraine

le
0
 (Actualisé avec déclarations de Steinmeier, communiqué rebelle) 
    KIEV/RIGA, 13 septembre (Reuters) - Le ministre allemand des 
Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a émis mardi 
l'espoir d'une trêve durable dans l'est de l'Ukraine malgré 
l'annonce par Kiev de la mort de trois soldats dans des combats 
avec les séparatistes.  
    Le chef de la diplomatie allemande doit se rendre jeudi dans 
la capitale ukrainienne avec son homologue français Jean-Marc 
Ayrault pour un entretien avec le président Petro Porochenko. 
    L'Ukraine et les rebelles du Donbass ont conclu un 
cessez-le-feu depuis le début de l'année scolaire, le 1er 
septembre, qui semblait largement respecté jusqu'à l'annonce, 
mardi par l'armée ukrainienne, de la mort de trois soldats au 
cours des dernières 24 heures. Quinze autres ont été blessés, 
a-t-elle dit. 
    Frank-Walter Steinmeier a estimé que la trêve actuelle, 
aussi fragile qu'elle puisse être, démontrait la possibilité 
d'améliorer la situation sur le terrain, et s'est dit encouragé 
par de récents entretiens avec ses homologues ukrainien et 
russe.  
    "C'est pour cette raison que je crois, après mes discussions 
avec Pavlo Klimkin à Berlin et Sergueï Lavrov hier, qu'il est 
désormais possible de s'entendre sur un cessez-le-feu durable, 
sans conditions préalables", a déclaré le ministre allemand lors 
d'un déplacement à Riga.  
     
    ACCORD UNILATÉRAL 
    Cette baisse des affrontements redonne de l'espoir quant à 
la mise en oeuvre du processus de paix de Minsk, destiné à en 
finir avec un conflit qui a fait plus de 9.500 morts depuis 
avril 2014.  
    Le protocole de Minsk, conclu entre la Russie, l'Ukraine, 
l'Allemagne et la France en septembre 2014, suivi des accords de 
Minsk II signés en février 2015, ont permis de réduire nettement 
l'ampleur des combats dans le Donbass mais des violations du 
cessez-le-feu sont régulièrement signalées et plusieurs points 
du processus de paix, dont l'organisation d'élections régionales 
et le contrôle de la frontière russo-ukrainienne par les 
autorités de Kiev, n'ont toujours pas été appliqués.  
    Les trois décès annoncés par l'armée ukrainienne mardi sont 
les premiers depuis le début du mois. Le porte-parole de l'armée 
ukrainienne, Oleksandr Motouzianik, a ajouté qu'au cours des 
dernières 24 heures, les séparatistes avaient tiré à l'arme 
lourde pour la première fois depuis le début du mois et avaient 
également attaqué directement une position ukrainienne dans le 
secteur de Louhansk. 
    "Un groupe de reconnaissance et de sabotage a traversé la 
rivière et attaqué nos hommes. L'affrontement a duré quinze 
minutes", a déclaré Motouzianik lors de son point quotidien 
retransmis à la télévision.  
    Les commandants rebelles ont démenti avoir violé la trêve, 
accusant les troupes ukrainiennes d'avoir attaqué leurs 
positions. Ils ont ajouté que les forces séparatistes 
observeraient un nouveau cessez-le-feu unilatéral à compter du 
15 septembre.  
    "J'appelle la partie ukrainienne à prendre cela au sérieux 
et à montrer qu'elle est prête à le faire plutôt que de faire 
semblant d'être d'accord", a déclaré le chef rebelle Alexander 
Zakhartchenko à la télévision russe Rossiya-24.  
 
 (Alessandra Prentice; Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français, édité par Tangi Salaün) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant