Malgré ses ennuis judiciaires, le plan de Sarkozy pour conquérir l'UMP

le
1
Malgré ses ennuis judiciaires, le plan de Sarkozy pour conquérir l'UMP
Malgré ses ennuis judiciaires, le plan de Sarkozy pour conquérir l'UMP

A écouter sa garde rapprochée, le placement en garde à vue de Nicolas Sarkozy tôt ce mardi matin ne va pas le dissuader de se présenter à la présidence de l'UMP lors du congrès prévu fin novembre. Au contraire ! « La meilleure défense, c'est l'attaque. Ca va renforcer encore sa détermination ! », assure un sarkozyste.

« Je serai candidat en septembre, et en janvier on change tout ! », confiait en privé ces jours-ci l'ancien président, alors même qu'il savait déjà qu'il serait entendu à Nanterre. Certains de ses amis se demandent même s'il n'aura pas la tentation d'accélérer sa candidature, lui qui voulait laisser passer la Coupe du monde et les vacances avant de lever le voile sur ses projets.

NKM, Baroin, Wauquiez... il cherche un bras droit

Officiellement, Sarkozy se laisse « encore le temps de la réflexion » avant de partir à la reconquête de l'UMP. Mais en coulisses, il fait moins de mystères. Ces derniers jours, il a consulté à tour de bras pour préparer la future direction du parti, qu'il veut rénover de la cave au grenier. Il cherche notamment un bras droit pour gérer le parti au quotidien, ce qui lui permettrait de rester à distance de la « petite politique », comme il dit. Il a ainsi reçu Nathalie Kosciusko-Morizet, François Baroin et Laurent Wauquiez pour sonder leurs intentions. Mais il tient le même langage enjôleur à tous les élus qui défilent dans son bureau rue de Miromesnil: « On va construire le parti ensemble. Tout le monde aura un rôle ».

Il veut changer le nom du parti

Côté idées, l'ancien président parle déjà de changer le nom de l'UMP, de « nouveau logiciel », et surtout de constituer une grande fédération -même s'il n'emploie pas le terme- qui irait du centre-gauche à la droite de la droite. Objectif : éviter une multiplication des candidatures de la droite et du centre au premier tour de la présidentielle 2017, qui pourrait profiter à Marine Le Pen.

Certes, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M951753 le mardi 1 juil 2014 à 22:32

    Pas près d être réélu ce bouff o n !! Ras le bol de ces politiciens veireux... Fo tous les changer