Malgré ses attaques, le PS ménage Mélenchon

le
0
En vue de la présidentielle, les socialistes ont tout intérêt à ménager le président du Parti de gauche.

Les socialistes ont retenu la leçon. Non seulement c'est François Mitterrand qui la leur a donnée, mais Nicolas Sarkozy lui-même l'a appliquée pour entrer à l'Élysée: au premier tour de l'élection présidentielle, on rassemble son camp; au second tour, on l'élargit. Alors, au PS, malgré les critiques régulières de Jean-Luc Mélenchon, on ne tarit pas d'éloges sur le leader du Parti de gauche et ancien membre du parti, qu'il a quitté en novembre 2008, juste avant le congrès de Reims. Que Mélenchon traite Martine Aubry de «bouchon à la surface des flots», qu'il assure que «l'arrogance est une maladie qui tuera les socialistes» ou qu'il accuse Dominique Strauss-Kahn d'être un «affameur des peuples», il n'est pas trop accablé de reproches par ses anciens camarades. «C'est un garçon talentueux, que j'aime bien. Il essaie d'être candidat à la présidentielle. C'est son droit. Parfois, il y a dérapage. Mais je pense qu'à l'arrivée il n'y aura pas d'ambiguïtü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant