Malgré les drames, l'industrie a la mémoire courte

le
0
FOCUS - L'effondrement meurtrier du Rana Plaza au Bangladesh a contraint les géants de la mode à s'engager à améliorer la sécurité des usines du pays. Sur fond de course à la productivité, le risque d'accidents persiste malgré les promesses des industriels.

«Sur le front des conditions humaines du travail, on refait toujours les mêmes erreurs», juge Michel Llory*, ingénieur spécialiste de la sécurité et de la prévention des accidents. Derrière chaque catastrophe industrielle ou drame de la sous-traitance, selon lui , «le même scénario se répète: l'industrie s'excuse et puis oublie.» Un constat sévère qui jette un froid suite à la signature par 31 géants du textile d'un accord visant à améliorer la sécurité des usines au Bangladesh. Ces dernières années, de nombreux géants de l'industrie ont été mis à l'index pour leur recours à une sous-traitance à bas coût, au mépris souvent des règles élémentaires de sécurité ou des conditions de travail de la main d'oeuvr...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant