Malgré la polémique, l'arrivée de Barroso chez Goldman Sachs validée par l'UE

le
3
Malgré la polémique, l'arrivée de Barroso chez Goldman Sachs validée par l'UE
Malgré la polémique, l'arrivée de Barroso chez Goldman Sachs validée par l'UE

Un choix peu judicieux, mais pas d'entorse au règlement. C'est l'avis publié ce lundi par le comité d'éthique de l'Union européenne au sujet du recrutement par la banque d'affaires Goldman Sachs de l'ex-président de la Commission européenne José Manuel Barroso en juillet dernier. Cette arrivée avait déclenché une vague d'indignations, certains y voyant un conflit d'intérêts.

« Sur la base des informations fournies par José Manuel Barroso dans une lettre adressée au président (de la Commission) Juncker, et considérant le Code de conduite pour les commissaires, il n'y a pas d'éléments suffisants pour établir une violation du devoir d'intégrité et de réserve », conclut le comité, dont l'avis est non-contraignant. Il avait été saisi en septembre par la Commission elle-même.

 

Il avait réformé le secteur bancaire

« José Manuel Barroso aurait dû être conscient et informé qu'en agissant ainsi, il déclencherait des critiques et risquerait de nuire à la réputation de la Commission, et de l'Union en général », soulignent les rapporteurs du comité dans leur avis. Le comité a bien considéré le fait que l'ex-chef de l'exécutif européen (2004-2014) « n'a pas fait preuve du bon jugement que l'on pourrait attendre de quelqu'un qui a occupé un poste à haute responsabilité pendant de si longues années ». « Il ne revient pas au comité de savoir si le Code est suffisamment strict », est-il encore précisé.

La tempête médiatique est « certainement une indication pertinente, mais pas suffisante en elle-même » pour conclure que les règles éthiques ont été violées, poursuit le rapport, qui note que Goldman Sachs opère dans le respect des lois. Les nouvelles fonctions auxquelles le Portugais est appelé auront « certainement » un lien avec son précédent mandat à la tête de la Commission, reconnaît le comité. D'autant que José Manuel Barroso a dû s'atteler à réformer le secteur bancaire en pleine ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pbenard6 il y a un mois

    tous pour.......

  • odnaz il y a un mois

    Je suis encore plus sévère que mark92 " Et maintenant il va travailler pour ..." Moi je dirais qu'il n'arrive peut-être pas chez GS mais qu'il travaillait déjà depuis 10 ans pour eux ???

  • mark92 il y a un mois

    Président de la commission européenne pendant 10 ans!!! élus par qui ??? Et maintenant il va travailler pour une banque qui lutte contre l'économie européenne ?? Plus de salaire, de logements, de primes et autres avantages de la communauté européenne. AU BOULOT le petit élu. Au travail ??? il ne connait pas ce mot.