Malgré la météo maussade, le marché des crèmes solaires résiste

le
0
Les messages de prévention et les efforts de désaisonnalisation du produit menés par les industriels ont permis au marché de continuer à croître, malgré une chute des ventes de 19% entre mars et mai.

Régulièrement pointées du doigt pour leur manque d'efficacité, comme l'a fait ce mercredi matin 60 millions de consommateurs, les crèmes solaires ne sont pas à la fête ces derniers mois. Affectées par les conditions météorologiques défavorables depuis mars (-3°C par rapport à un printemps 2012 déjà mitigé), les ventes de crèmes solaires dans l'Hexagone ont dévissé de 19 % entre mars et mai derniers.*

Pourtant, le marché reste très porteur. Sur un an, les ventes de produits solaires en grandes surfaces (supermarchés, hypermarchés et hard-discount) ont progressé de 16 % en valeur, à 123 millions d'euros. Le discours de sensibilisation aux méfaits du soleil, et la nécessité de changer de tube tous les ans semble porter ses fruits. Avec une grande tendance: la hausse des indices de protection. «C'est particulièrement le cas pour les crèmes pour enfants, détaille Aude de Moussac, consultante grande consommation chez Kurt Salmon. Globalement, la consommation est en hausse car c'est un produit qui est passé dans les m½urs».

Des produits présents presque toute l'année

Le secteur reste très marqué par la pharmacie et la distribution spécialisée (parfumeries), qui captent un tiers du marché, le reste des ventes se faisant en grande et moyenne surfaces (GMS). Les grands du secteur, comme l'Oréal sont présents sur tous les canaux de distribution, adaptant leurs marques aux réseaux de distribution. Aux pharmacies et parapharmacies les marques haut de gamme comme Vichy ou Laroche-Posay. Pour la grande diffusion, une offre plus entrée de gamme: Garnier ou l'Oréal Paris. Dans les parfumeries: Biotherm, Kiehl's, ou Lancôme. En grande distribution, le géant allemand Baiersdorf prend la deuxième place avec la très renommée Nivea.

Ces dernières années, les grandes et moyennes surfaces ont gagné des parts de marché participant à la désaisonnalisation d'un produit habituellement marqué par la météo et les vacances. «Désormais on trouve certains produits comme les ambres solaires toute l'année dans les rayons de grandes surfaces. C'est particulièrement le cas dans les grandes agglomérations où les gens qui partent en voyage au soleil en hiver ont besoin de ces produits», pointe du doigt Aude de Moussac. Autre explication à cette désaisonnalisation: la tendance à se protéger toute l'année. Des gestes beauté d'influence asiatique qui ont favorisé l'émergence de produits tels que le monoï, les ambres solaires et les soins hydratants et protecteurs.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

La crème solaire ralentit bien le vieillissement cutané

* Impact météo uniquement, données IRI/Climpact-Metnext juin 2013

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant