Malek Boutih charge à nouveau Jean-Marc Ayrault

le
3
Malek Boutih charge à nouveau Jean-Marc Ayrault
Malek Boutih charge à nouveau Jean-Marc Ayrault

Décidément, Malek Boutih ne supporte plus le chef du gouvernement. Le député PS de l'Essonne reproche ce samedi à Jean-Marc Ayrault d'être «un peu le poids mort de la gauche». Il estime que son équipe gouvernementale a manqué de «réactivité» après les annonces de François Hollande sur le pacte de compétitivité. «Le président a lancé une impulsion mais j'ai l'impression qu'au niveau du gouvernement ça suit faiblement... Il y a un problème de dispositif», a déclaré l'élu de l'Essonne au Talk Orange-Le Figaro.

«Je constate qu'on a eu un très bon accueil, y compris dans les milieux économiques, mais déjà quinze jours après un doute commence à s'instituer, et les discours contradictoires du Premier ministre ne nous aident pas (...). On change de ligne, maintenant il faut changer d'hommes. Je pense qu'on a besoin d'une nouvelle équipe qui soit un peu plus moderne, un peu plus réactive», explique-t-il, accusant le Premier ministre d'être un «socialiste du XXe siècle». A l'entrendre, Malek Boutih juge que le pays ne «rejette pas son élite politique» mais «lui demande d'avoir plus de courage, d'être plus audacieuse».

«Ça vaut (notamment) pour nous à gauche. Quand j'entends certains dire : On est au pouvoir, c'est difficile, je me dis qu'ils devraient dire au contraire : On est en responsabilité, c'est une chance extraordinaire (...) On n'a pas assez de plaisir, pas assez de combativité. On est toujours dans le coup d'après et à force d'être dans le coup d'après, on n'est plus dans les coups présents».

Malek Boutih n'en est pas à son premier coup de canif contre l'exécutif. Dans un entretien au Parisien en novembre dernier, alors que la cote de popularité du président de la République et du Premier ministre était au plus bas, le député de l'Essonne, réputé pour son franc-parler, avait réclamé ouvertement un remaniement gouvernemental en profondeur. Ce qui lui a valu beaucoup de reproches de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • opelin le samedi 25 jan 2014 à 17:29

    Enfin un socialiste qui avoue qu'avoir le pouvoir c'est difficile et surtout qu'ils n'y étaient pas préparés.

  • mlaure13 le samedi 25 jan 2014 à 16:30

    Ceci dit sur Ayrault...il n'a pas l'air mal ce Malek Boutih...Comme quoi, il y a des gens lucides même au PS ?...

  • mlaure13 le samedi 25 jan 2014 à 16:28

    Ayrault, ce magna de la cumule et retraites chapeaux ; plus de 200 000 € par an calculés à ce jour et ce n’est pas fini…et ils sont TOUS, plus ou moins aussi bien lotis, nos politicards mafieux en col blanc et mains sales, souvent tachées de sang. Sans oublier le Sénat …Quels coups de pelle à mettre dans cette taupinière nauséabonde…Quand te réveilleras-tu, Veuve Guillotin ???...(pas confondre avec Veuve Clicquot, pas du même tonneau):-)))