Malaisie : des touristes détenus pour avoir posé nu sur une montagne sacrée

le
0
Malaisie : des touristes détenus pour avoir posé nu sur une montagne sacrée
Malaisie : des touristes détenus pour avoir posé nu sur une montagne sacrée

Trois touristes Canadiens, un Britannique et un Néerlandais sont en garde à vue en Malaisie après avoir posé nu le 30 mai devant le mont Kinabalu, un lieu sacré, a indiqué mercredi la police. 

Des photos de dix touristes nus se sont répandues sur les réseaux sociaux, provoquant la colère d'habitants de la région. D'après une tribu locale, cet acte aurait provoqué la colère des esprits et serait à l'origine d'un séisme mortel qui a meurtri la région le 5 juin, faisant 18 morts. 

Le mont Kinabalu, site inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco et très prisé par les amateurs de trekking, est sacré pour la tribu Kadazan Dusun qui y vit et pense que c'est un lieu de repos pour les esprits.

Trois mois de prison encourus

Les cinq touristes occidentaux en garde à vue ont été interpellés mardi, et la police en cherche toujours cinq autres. Les suspects pourraient être inculpés de nuisances publiques, selon Jalaluddin Abdul Rahman, commissaire de police de l'Etat de Sabah, sur l'île de Bornéo, où se trouve la montagne. Selon plusieurs médias, comme «The Independent» et «The Telegraph» qui s'appuient sur le code pénal malaisien, ils encourent trois mois de prison.

Les médias avaient d'abord évoqué l'arrestation de quatre personnes, mais un cinquième nudiste, Emil Kaminski, a fait savoir sur Twitter qu'il avait du Wi-Fi dans sa cellule, suggérant qu'il avait également été placé en garde à vue. Les procédures ont débuté contre quatre étrangers qui seront retenus pendant quatre jours (de mercredi à samedi), avait auparavant indiqué le ministre du Tourisme de l'Etat de Sabah, Masidi Manjun, sur son compte Twitter.

Legal proceedings have commenced in court against 4 alleged 'strippers on Mt Kinabalu' this morning. Remand application for 4 days granted.— Masidi Manjun (@MasidiM) 10 Juin 2015

Sur Facebook, dimanche dernier, Emil Kaminski avait publié des photos et s'était interrogé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant