Malaise des attachés parlementaires : « J'étais son grouillot de service »

le , mis à jour à 08:18
12

La voix est émue. « Des années de souffrance qui ressortent. » D'entrée de jeu, Mathieu*, la trentaine, confie sa peur des représailles avant de se lancer dans le récit de son histoire. « Quand on vous glisse avec un sourire : Mes dossiers aux prud'hommes peuvent être arrangés en haut lieu, ça fait peur ! Tous les députés ne s'assoient pas sur le droit du travail ! 80 à 90 % des députés sont fidèles à leurs valeurs, à droite comme à gauche. Mais, pour certains, le pouvoir leur est monté à la tête », s'empresse-t-il de préciser.

EN SAVOIR PLUS

>> Députés-patrons : des attachés parlementaires dénoncent leurs conditions de travail 

 

Dans le secret des bureaux feutrés de l'Assemblée nationale, cet ancien leadeur syndical étudiant, militant socialiste diplômé en sciences politiques et en droit (bac + 5), a fait l'expérience d'un employeur bien peu soucieux, selon lui, des règles. « Contrairement à la définition de poste de mon contrat de travail, je n'ai jamais fait de notes, ni de discours ni les tâches habituellement dévolues aux attachés parlementaires. Après trois tentatives, elle m'a dit que ça ne servait à rien, que je n'étais pas là pour ça. J'étais son grouillot de service payé 2 000 € net par mois. » Il décrit ces cinq ans aux côtés d'une des députées PS chargées des questions sociales passés essentiellement à « aller faire ses courses, chercher les valises de ses enfants, la prendre en photo quand elle était en séance ».

 

La vaisselle de la veille

« Quand j'arrivais le matin, je trouvais un petit mot : Merci de faire la vaisselle de la veille. Quand je disais non, elle me disait : Mais on est une petite famille. C'était la pression au quotidien. » Il n'est pas près d'oublier le débat sur le mariage pour tous, « 196 heures jour et nuit avec elle », pas un centime de plus en heures sup. « Zéro augmentation de salaire pendant toutes ces années. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.guer hier

    je n'aime pas les gens qui crachent dans la soupe : quand on n'est pas content de sa situation, on en change, mais on n'accuse pas son employeur !

  • mlaure13 il y a 2 jours

    Voici ce que nous coûte la pléthore de fonctionnaires depuis Tonton 1er…plus des 2/3 de la dette souveraine soit 15 000 Mrds€ sur 22 000 Mrds€…Rapport établi par la Cour des compte présidée par le PS…Si avec ça, nous n’avons pas encore compris, c’est à désespérer…( je crois que c’est à désespérer) … ils le défendent bec et ongles leur pré carré et leurs prébendes, ces « enc§fumés »

  • M7097610 il y a 2 jours

    les socialistes...les pires sont les fonctionnaires ! Tout leur est du à ces parvenus..

  • M3039634 il y a 2 jours

    C'est le fonctionnement normal des "démocraties" socialistes soi-disant républicaines (Cosse, Beaupin, Ségolène, ...)

  • M1903733 il y a 2 jours

    196 h d'affilée mais compris la nuit, c'est la la recompense.

  • s.thual il y a 2 jours

    On critique pas un patron.on le quitte.

  • M8252219 il y a 2 jours

    A chacun sa responsabilité et de savoir ce que l'on veut.

  • M4189758 il y a 2 jours

    JPi - Même hollande s'est tiré! Mais avant de se plaindre.

  • 7TIMUS il y a 2 jours

    Caliméro a choisi sa voie, et quand on passe son temps à se plaindre on vit son malheur 2 fois. Peut aussi dire non ! et se tirer.

  • frk987 il y a 2 jours

    Ben, tu démissionnes, où est le problème, aucun employeur privé de demandera de faire la vaisselle, mais faudra bosser.