Mal-logement : le cri d'alarme de la Fondation Abbé Pierre

le
1
Mal-logement : le cri d'alarme de la Fondation Abbé Pierre
Mal-logement : le cri d'alarme de la Fondation Abbé Pierre

La Fondation Abbé Pierre estime dans son 19e rapport annuel à 3,5 millions le nombre de personnes mal logées ou sans abri, et plus largement à près de 10 millions celles qui sont concernées par la crise du logement. Elle note «des avancées» en matière de politique du logement, mais «une réponse insuffisante aux besoins immédiats», alors que la situation s'aggrave.

Alors que les 60 ans de l'appel de l'Abbé Pierre en faveur des sans-abri, durant l'hiver 54, sont célébrés le 1er février, la Fondation, qui a repris le flambeau du fondateur des communautés d'Emmaüs, évoque «un élargissement et une accentuation de la crise du logement», qui apparaît comme «sans précédent».

3,5 millions de «non ou très mal logés». On compte notamment 141500 sans-abri. Le dispositif d'hébergement «ne permet pas de répondre à toutes les situations de précarité», note la Fondation.

Elle dénombre aussi 85000 personnes vivant dans des «habitations de fortune». Ces solutions (caravanes, baraques de chantier, locaux agricoles, etc) «gagnent des territoires de plus en plus éloignés des villes», sans compter «la réapparition de situations que l'on croyait disparues, telles que les bidonvilles» à la périphérie des villes, dans des terrains vagues ou sous des échangeurs autoroutiers.

Accès au logement. Il devient complexe pour les plus modestes «mais aussi pour de nombreux ménages insérés socialement et économiquement», note le rapport, car le marché fonctionne «comme une véritable centrifugeuse, qui sélectionne les candidats les plus solvables et refoule les autres» vers «un parc HLM qui n'est pas calibré pour répondre à l'ensemble des besoins».

Le rapport met également en cause «une hausse non régulée du coût du logement», avec des loyers qui ont augmenté de 55% en 13 ans, et une situation socio-économique qui continue de se dégrader.

Logement et emploi. «La question de l'emploi est en filigrane ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • C177571 le vendredi 31 jan 2014 à 11:11

    Silence assourdissant de mademoiselle Duflot et du gvt qui s'occupent sans doute plus de la théorie des genres!!!!