Mal-logement: 1,3 million de "Tanguy" de plus de 25 ans encore chez leurs parents

le
9
(Marcos Mesa Sam Wordley/shutterstock.com)
(Marcos Mesa Sam Wordley/shutterstock.com)

(AFP) - Parmi les 4,5 millions de jeunes majeurs qui vivent chez leurs parents ou grands-parents, 1,3 million de ces "Tanguy" ont plus de 25 ans, et 1,5 million ont un emploi, dont la moitié en CDI à temps complet, révèle samedi une étude de la Fondation Abbé Pierre.

Cette étude intitulée "La face cachée des +Tanguy+" - du nom du film d'Etienne Chatilliez brossant avec humour le portrait d'un jeune qui refuse de quitter le domicile parental-, a été réalisée à partir des résultats de l'enquête nationale Logement 2013 de l'Insee et met au jour "un phénomène massif", explique la Fondation.  

Selon cette étude, rendue publique par le Figaro.fr, 4,5 millions de jeunes majeurs vivaient en 2013 chez leurs parents ou grands-parents. Ils sont en majorité âgés de 18 à 24 ans, mais 1,3 million d'entre eux ont plus de 25 ans (soit 29%), et 480.000 ont même plus de 35 ans (10%).  

Parmi l'ensemble des jeunes hébergés, 44% sont élèves, étudiants ou en stage ou formation non rémunérés, mais 32% sont en emploi ou apprentissage rémunéré (soit près de 1,5 million de personnes), et la proportion passe à 55% pour les 25-34 ans. 18% sont au chômage. 

"Bas salaires, temps partiels subis, précarité des contrats de travail, sont autant d'obstacles pour voir son dossier accepté dans le parc locatif privé où les garanties exigées par les propriétaires sont souvent hors d'atteinte", souligne la Fondation Abbé Pierre.

Parmi ceux qui travaillent, la moitié sont en CDI à temps complet (746.000 personnes), 6% en CDI à temps partiel (89.000 personnes). Un quart sont en CDD, en contrat court, saisonnier, ou vacataires et 13,5% en apprentissage, stage rémunéré, emploi-aidé. 5,5% sont en intérim.

L'étude montre que 925.000 de ces hébergés ont déjà vécu plus de trois mois dans un logement indépendant avant de revenir au domicile parental, et plus d'un an pour les deux-tiers. 

Le nombre de jeunes de plus de 25 ans qui reviennent, après une "décohabitation", au domicile parental faute de logement autonome a augmenté de 20% entre 2002 et 2013, passant de 282.000 à 339.000. 

Pour 45% d'entre eux, le retour au domicile s'impose dans des circonstances particulières: rupture, perte d'emploi, problèmes financiers, de santé, de logement (expulsion, insalubrité, etc.).

S'ils en avaient les moyens, plus d'un million des hébergés (soit un tiers) affirment qu'ils quitteraient le domicile parental.

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le lundi 7 déc 2015 à 17:18

    alainb57: peux-tu développer sur les dividendes versés? As-tu saisi la différence entre profit et politique de dividendes? Et 25% de la population active fonctionnaire, quand on est à 10% en Angleterre: les rosbifs sont-ils rtellement moins bien protégés , soignés? Ils sont juste moins...imposés. Alors arrête de croire et va savoir: la surpopulation des fonctionnaires tue les jobs du privés et les profits des entreprises françaises.

  • j.barbe6 le lundi 7 déc 2015 à 10:05

    Alainb57 : Il faut sortir de la fonction publique protégée qui vit au crochet du privé.Les charges ont augmenté massivement pour les Entreprises : elles ont doublé depuis 1980.Beaucoup de patrons comme vous dites sont en dessous du Smic et responsables sur leurs actifs. Le moteur du fonctionnaire est l'envie : il a réussit a tué le privé.

  • alainb57 le lundi 7 déc 2015 à 09:45

    M1945416 et heimdal : le chomage est le fait uniquement des patrons qui veulent toujours faire plus de profits . Il n'y a qu'à voir le montant qui est versé aux actionnaires et qui augment chaque année. Quand aux fonctionnaires, dont je ne suis pas, il faut arréter de les prendre pour des boucs émissaires. Nosu en avons tous besoin ; police, armée, personnel médical, entre autres. Le nierez vous ?

  • ericlyon le lundi 7 déc 2015 à 09:06

    Je pense au contraire que le problème est le départ prématuré de certains jeunes qui n'ont pas encore d'emploi sûr. Les liens familiaux sont un bon moyen de se construire. Bien sûr ce n'est pas toujours simple dans toutes les familles mais c'est ça qui est regrettable. Il faut tout faire pour que la valeur famille persiste plutôt que de vouloir pousser à tout prix les jeunes en dehors du cocon familial.

  • M1945416 le lundi 7 déc 2015 à 08:30

    bien dit heimdal

  • heimdal le lundi 7 déc 2015 à 07:48

    Quand un pays arrive à un taux de chômage "officiel" de 25 % chez les jeunes ,on ne parle plus de cas particuliers mais d'un échec global des gouvernements dont une des causes premières est le niveau des charges qui pèsent sur l'ensemble des entrepreneurs et des travailleurs avec un régime anormalement favorable pour les fonctionnaires .

  • b.renie le dimanche 6 déc 2015 à 06:04

    Ce problème, car s'en est un, est un amas de cas particuliers pas seulement résultant de causes économiques. Il erésulte d'un échec dans l'un ou l'autre des domaines qui constituentt l'histoire d'un être humain.

  • sibile le samedi 5 déc 2015 à 17:33

    les HLM sont déjà occupés par quantité de gens qui pourraient très bien se loger dans le privé

  • md24750 le samedi 5 déc 2015 à 16:37

    Hélas ! nos Tanguy sont loin d'être prioritaires pour les logements. Place aux migrants de toutes sortes.