Maître Lemaire, une grande voix du barreau 

le
0
L'avocat est mort dans la nuit de vendredi à samedi à 77 ans.

16 juillet 1942. Le bâtonnier Jean Lemaire, qui habite en plein c½ur de Paris, entraîne ses enfants à la fenêtre et les force à regarder les policiers français qui raflent les Juifs pour les entasser dans le Vél'd'Hiv. «N'oubliez jamais», murmure l'avocat, les poings serrés.

1945. Le bâtonnier Lemaire annonce au dîner que Pétain l'a désigné pour qu'il rejoigne sa défense. À son fils Philippe, 11 ans, qui ne comprend pas comment il va pouvoir plaider pour le vieux maréchal complice des persécutions antisémites, il explique ce métier singulier qui vous conduit à mettre votre robe au service d'un homme parce que, quoi qu'il ait fait, c'est un homme, et qu'il vous appelle à l'aide.

Bagarreur d'assises

Philippe Lemaire, mort dans la nuit de vendredi à samedi à 77 ans, a été élevé au lait du barreau. Fils, petit-fils, frère (Jean-Denis Bredin), père (Thomas Lemaire), époux (Emmanuelle Kneusé) d'avocats, il confiait en riant qu'il n'avait, en matière

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant