Maïs transgénique : l'Assemblée nationale veut interdire les semis

le
0
Maïs transgénique : l'Assemblée nationale veut interdire les semis
Maïs transgénique : l'Assemblée nationale veut interdire les semis

Alors que l'Association générale des producteurs (AGPM), partisans des OGM, a fait savoir que les semis de maïs MON810 de Monsanto, résiatnt à certains ravageurs, pourraient débuter vers la mi-mars, le temps presse pour les opposants aux plantes génétiquement modifiées.

Bruno Le Roux, chef de file des députés socialistes, a annoncé ce mardi qu'il allait déposer une proposition de loi interdisant ce type de culture. Au même moment, Philippe Martin, le ministre de l'Ecologie a réaffirmé la «détermination» du gouvernement à interdire les OGM en France.

Face à cette situation, l'Assemblée devrait débattre sur ce texte le 10 avril. Pour autant, la partie n'est peut-être pas jouée. Le Sénat a voté, lundi soir, une motion d'irrecevabilité UMP qui a été adoptée par 171 sénateurs de droite et du RDSE (Rassemblement Démocratique et Social Européen) à majorité PRG de la proposition de loi, du sénateur socialiste Alain Fauconnier (Aveyron) qui avait reçu le soutien du gouvernement et qui avait aussi pour but de sécuriser juridiquement l'interdiction du maïs MON 810.

Stéphane Le Foll a d'ailleurs regretté le vote des sénateurs. «Je suis désolé de ce qui s'est passé car je souhaite un débat le plus objectif possible» a déclaré le ministre de l'Agriculture devant quelques journalistes, regrettant «des jeux de positionnement politiques dans un débat important». Il a également promis un nouvel arrêté contre la culture du maïs génétiquement modifié MON 810 «d'ici la mi-mars».

Le Conseil d'Etat a en effet annulé l'été dernier l'interdiction, datant de 2011, de la culture  de cet OGM produit par l'américain Monsanto, et dont le renouvellement d'autorisation est en cours d'examen par l'Union européenne.

Il s'agit aussi pour le gouvernement d'interdire par anticipation le maïs TC1507 (Pioneer-Dupont) qui pourrait être autorisé par l'UE. En effet, si les Etats ont été majoritairement opposés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant