Mais si, le français est une langue d'avenir !

le
0
Mais si, le français est une langue d'avenir !
Mais si, le français est une langue d'avenir !

Ils parlent d'une «dynamique très forte». L'avenir s'écrira en français pour une large partie de la planète, selon les experts de l'organisation internationale de la francophonie (OIF), qui préparent la publication, pour octobre, de leur baromètre triannuel sur l'usage de la langue de Molière dans le monde.

Leurs prévisions précédentes affirmaient déjà que le nombre de francophones doit bondir de 220 millions à 750 millions de personnes d'ici à 2050, avec une croissance attendue principalement sur le continent africain. «Mécaniquement, l'augmentation de la scolarisation dans les pays sub-sahariens profite au français, parce qu'il reste la langue de l'enseignement dans ces régions, détaille Alexandre Wolff, le responsable de l'observatoire de la langue française au sein de l'OIF. Au Gabon, au Mali ou au Congo, on constate aussi que la langue passe de plus en plus dans les foyers. Elle devient quotidienne, et c'est assez récent.»

Derrière l'anglais, mais devant l'espagnol

 

En tant que langue étrangère, le français a aussi le vent en poupe, et pas seulement aux Etats-Unis où la mode des écoles bilingues fait florès dans les milieux aisés. En Chine, les jeunes ne se contentent plus du mandarin, qui reste l'idiome le plus parlé au monde mais souffre d'un déficit de diffusion hors des frontières du pays. «Le français est très enseigné à l'université pour les étudiants qui veulent poursuivre leur cursus à l'étranger, souligne Alexandre Wolff. C'est aussi une garantie pour les chinois de s'implanter sur le marché économique africain.»

 

De là à affirmer, comme le fait cette semaine le magazine américain Forbes sur son site Internet, que le français dominera le monde à l'horizon 2050, il y a un pas que l'organisation de la francophonie préfère ne pas franchir. Elle estime plutôt que le français supplantera l'espagnol à l'horizon 2025 sur la deuxième marche du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant