Mais qui êtes-vous, les traducteurs/interprètes ?

le
0
Mais qui êtes-vous, les traducteurs/interprètes ?
Mais qui êtes-vous, les traducteurs/interprètes ?

Invisibles bien qu'indispensables, les traducteurs et interprètes sont aujourd'hui à l'honneur. Que ce soit pour une conférence de presse, dans le vestiaire, ou au quotidien avec les joueurs, ils sont partout et manient les langues comme personne.

Quand on pense au bon équilibre d'une équipe, on pense en premier lieu au niveau des joueurs, au plan de jeu de l'entraîneur, à la cohérence du dernier mercato, à la série de résultats en cours ou à la communication du président. Pourtant, peu en évidence derrière ces considérations purement footballistiques, des dizaines d'hommes et de femmes œuvrent quotidiennement pour maintenir les institutions que sont les clubs de football à flot. Parmi eux, des jardiniers, des cuisiniers, des médecins, des intendants et, bien évidemment, des traducteurs et interprètes. Ces éléments là, peu de gens les prennent en considération. Pourtant ils sont les garants de la bonne intégration d'un joueur dans son nouveau club. Les interprètes jouant le rôle d'une indispensable passerelle linguistique à l'heure de la mondialisation de la sphère football.

La voix royale


Avant de pouvoir traduire les propos des plus grands joueurs et entraîneurs, il faut impérativement passer par la case études. Pour pouvoir permuter aisément du français à l'anglais, à l'espagnol, à l'italien ou même au chinois, rien de mieux qu'une licence. Franckie Tourdre, interprète freelance basé à Rome, a lui suivi la voie royale. "Pour devenir traducteur, la voie royale est de faire une licence en langues étrangères appliquées (LEA). C'est ce que j'ai fait à Nice il y a plus de dix ans", explique-t-il, à la veille de son prochain rendez-vous lors des conférences de presse d'avant-match de Lazio/Saint-Étienne. Comme un diplôme sans expérience est aussi utile qu'un attaquant pour René Girard, Franck conseille aux interprètes en herbe de "profiter du programme Erasmus pour se perfectionner." Oui, vos profs de langues avaient raison : on apprend jamais mieux qu'immergé dans un pays étranger. Pour les plus courageux et les plus ambitieux, pas question de s'arrêter là. "Ensuite, bien évidemment, il faut essayer de faire un master d'interprète/traducteur. Il faut faire la différence entre traducteur et interprète. La traduction écrite n'a rien à voir avec l'interprétation orale, en direct."

Une fois le master en poche, Franckie Tourdre s'est lancé en tant qu'interprète freelance. En travaillant à son compte, il n'est donc employé directement par aucun club. C'est d'ailleurs le lot de la plupart de ses compères. "La plupart du temps, je passe par des agences qui ont les…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant