Mais qui est vraiment Jorge Mendes ?.

le
0
Mais qui est vraiment Jorge Mendes ?.
Mais qui est vraiment Jorge Mendes ?.

Il se balade avec quatre téléphones portables, un seul kit main libres et gère les carrières de Cristiano Ronaldo, Radamel Falcao et Angel Di Maria pour ne citer que les plus célèbres. Lui, c'est Jorge Mendes, "le super-agent".Si le Portugais possède aujourd'hui un réseau si vaste qu'il peut se permettre de (presque) contrôler le Real Madrid ou de placer son ami Peter Lim à la tête de Valence, c'est parce qu'il a beaucoup travaillé. C'est d'ailleurs, d'après lui, son seul mérite. "N'importe qui dans les mêmes conditions peut obtenir les mêmes résultats". N'importe qui capable d'enchaîner des journées de 20 heures au téléphone et d'avaler des kilomètres pour décrocher des rendez-vous. N'importe qui doté d'un sens des affaires et d'une capacité de persuasion hors du commun.

Car si Cristiano Ronaldo est devenu le meilleur joueur du monde en tutoyant le ballon dès son plus jeune âge, il en est de même pour Jorge Mendes avec les affaires. C'est à Lisbonne, au Feira da Ladra (le marché des voleurs), que le petit Mendes réalise ses premiers gros coups en vendant les babioles du domicile parental en cachette. "Quand on faisait les comptes à la fin de la journée, j'avais gagné 300 ou 400 escudos et lui 5 000!", se souvient José Basso, son voisin d'échoppe à l'époque. Les années passent, les profits grandissent et les clients sont plus prestigieux. Après une carrière ratée de footballeur de seconde zone, celui que tout le monde surnommait "Cabanas" autrefois ouvre un vidéoclub dans le Nord du Portugal avant de prendre possession de plusieurs discothèques à la frontière luso-espagnole. C'est dans l'une d'entre elles qu'il rencontre Nuno Espirito Santo, alors gardien de but à Guimaraes, en 1996. "J'étais un jeune joueur dont le rêve était d'atterrir à Porto, lui un entrepreneur couronné de succès (sic) qui se lançait dans le football. On a tous les deux tiré profit de la situation de l'autre", se souvient l'intéressé, qui, à terme, réalisera son rêve: jouer au FC Porto, après une petite escale par La Corogne.

Jorge Mendes, lui, prend son envol et épate son monde en envoyant l'inconnu Costinha à Monaco en provenance de la D2 portugaise. Le boss de Gestifute finit par rencontrer celui de Porto, Pinto da Costa, auprès duquel il apprend à viser plus haut. Très vite, il détrône José Veiga (le meilleur agent de l'époque) et "prend possession" de l'effectif du FC Porto. D'autres portes s'ouvrent alors. Celles de Pini Zahavi, l'autre "super-agent", et Peter Kenyon, ancien chef exécutif de Manchester United et Chelsea. Avec ce dernier, il créé un fond d'investissement (QSI) et révolutionne le monde des transfert en y introduisant le TPO. Jorge Mendes...



Si le Portugais possède aujourd'hui un réseau si vaste qu'il peut se permettre de (presque) contrôler le Real Madrid ou de placer son ami Peter Lim à la tête de Valence, c'est parce qu'il a beaucoup travaillé. C'est d'ailleurs, d'après lui, son seul mérite. "N'importe qui dans les mêmes conditions peut obtenir les mêmes résultats". N'importe qui capable d'enchaîner des journées de 20 heures au téléphone et d'avaler des kilomètres pour décrocher des rendez-vous. N'importe qui doté d'un sens des affaires et d'une capacité de persuasion hors du commun.

Car si Cristiano Ronaldo est devenu le meilleur joueur du monde en tutoyant le ballon dès son plus jeune âge, il en est de même pour Jorge Mendes avec les affaires. C'est à Lisbonne, au Feira da Ladra (le marché des voleurs), que le petit Mendes réalise ses premiers gros coups en vendant les babioles du domicile parental en cachette. "Quand on faisait les comptes à la fin de la journée, j'avais gagné 300 ou 400 escudos et lui 5 000!", se souvient José Basso, son voisin d'échoppe à l'époque. Les années passent, les profits grandissent et les clients sont plus prestigieux. Après une carrière ratée de footballeur de seconde zone, celui que tout le monde surnommait "Cabanas" autrefois ouvre un vidéoclub dans le Nord du Portugal avant de prendre possession de plusieurs discothèques à la frontière luso-espagnole. C'est dans l'une d'entre elles qu'il rencontre Nuno Espirito Santo, alors gardien de but à Guimaraes, en 1996. "J'étais un jeune joueur dont le rêve était d'atterrir à Porto, lui un entrepreneur couronné de succès (sic) qui se lançait dans le football. On a tous les deux tiré profit de la situation de l'autre", se souvient l'intéressé, qui, à terme, réalisera son rêve: jouer au FC Porto, après une petite escale par La Corogne.

Jorge Mendes, lui, prend son envol et épate son monde en envoyant l'inconnu Costinha à Monaco en provenance de la D2 portugaise. Le boss de Gestifute finit par rencontrer celui de Porto, Pinto da Costa, auprès duquel il apprend à viser plus haut. Très vite, il détrône José Veiga (le meilleur agent de l'époque) et "prend possession" de l'effectif du FC Porto. D'autres portes s'ouvrent alors. Celles de Pini Zahavi, l'autre "super-agent", et Peter Kenyon, ancien chef exécutif de Manchester United et Chelsea. Avec ce dernier, il créé un fond d'investissement (QSI) et révolutionne le monde des transfert en y introduisant le TPO. Jorge Mendes...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant