Mais qui es-tu le FK Vojvodina Novi Sad ?

le
0
Mais qui es-tu le FK Vojvodina Novi Sad ?
Mais qui es-tu le FK Vojvodina Novi Sad ?

Sauf incroyable catastrophe, le FK Vojvodina Novi Sad, doyen des clubs serbes, sera présents en barrage d'Europa League, après son carnage sur la pelouse de la Sampdoria (0-4). Mais il reste inconnu pour le grand public par rapport à l'Etoile rouge ou au Partizan Belgrade. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir écrit quelques belles pages et exporté de sacrés joueurs comme Silvester Takac, Sinisa Mihajlovic ou Milos Krasic.

C'est comme si tout avait commencé le 30 juillet 2015 pour le Vojvodina Novi Sad sur l'échiquier européen. En rentrant de leur apéritif ou de leur session plage, des milliers de vacanciers s'attardent sur les résultats des Verts et des Girondins en tour préliminaire d'Europa League, en tout point positifs. Mais pas aussi parlants que ce résultat surprise. La Sampdoria de Gênes, retrouvée après un exercice précédent correctement bouclé, explose en plein vol au 3e tour préliminaire aller de l'Europa League contre un obscur club, le FK Vojvodina Novi Sad. Un très sec 4-0 subi sur sa pelouse pour un club du Calcio contre une équipe de Serbie, qui n'est pas l'une des deux plus grandes institutions que sont le Partizan et l'Etoile Rouge de Belgrade... Surréaliste.


Accident industriel ? Impact de la délocalisation au stade Olympique de Turin ? Retard de préparation par rapport à un adversaire qui a déjà repris dans son championnat ? Peu importent les excuses, les étoiles sont serbes ce soir-là. Un but précoce d'Ivanic, un contre assassin fini par Stanisavljevic et surtout deux jolies cerises sur le gâteau amenées par l'ancien commis de l'Etoile Rouge, déniché par Robert Prosinecki himself, devenu chef de la tambouille offensive du Vojvodina cet été, Ognjen Ozegovic... Rien à redire, la fessée n'est pas volée pour les joueurs de Walter Zenga, raillés par tout un pays, et même bien plus, comme s'il était impossible d'admettre qu'un tel rapport de force tourne en leur défaveur. Le microcosme "fudbal" est ébahi. Et ce d'autant plus que ce microcosme s'émerveillant de buzz se délecte d'une autre pépite signé Ozegovic en championnat trois jours plus tard, avec une bicyclette venue d'ailleurs, et sûrement pas du musée de Loulou Nicollin. Chirurgical.

Deux guerres et des morts, mais un club vivant


Pourtant, le ballon rond roule depuis plus d'un siècle à Novi Sad, ville surnommée…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant