Mais qui es-tu le carton jaune orangé ?

le
0

Souvent évoqué lors de grosses fautes sur le pré, le carton jaune orangé reste un concept plutôt abstrait. Entre l'avertissement et l'exclusion définitive, ce blâme fictif se retrouve pourtant chaque saison dans la bouche des commentateurs sportifs. Mais qui est-il vraiment ?

6 décembre 2014. Georges-Kevin N'Koudou n'est pas encore marseillais et porte encore le jaune canari. Rapide, félin, le milieu nantais s'échappe sur le côté gauche quand Marco Verratti, de ses petites jambes musclées, vient rattraper l'homme au double prénom. Le tacle est douteux, les pieds trop loin du ballon. Moins de l'entrejambe du fuyard qui, fauché en plein élan, s'écroule. Alors au sifflet, M. Bastien intervient et dégaine : carton jaune. De son banc, Michel Der Zakarian ne peut qu'éructer : le manque de sévérité de l'arbitre lui coûtera finalement le match, perdu 2-1. Le rouge aurait-il été justifié sur cette action où Nantes disposait d'un deux-contre-un ? À l'issue de la rencontre, et de l'aveu même de Laurent Blanc, la situation du hibou résidait entre les deux couleurs : " Verratti méritait un carton jaune-orange. " L'expression est lâchée. Au détour de la touillette, le coach parisien expose une problématique des plus retorses. Comment qualifier une faute qui mérite plus qu'un avertissement, mais moins qu'une expulsion ? Cette faute à lisière des deux cartons existe-t-elle vraiment ? Dans ce cas, faut-il accéder aux requêtes et créer un rectangle d'une nouvelle teinte ? Autant de questions qui trouvent des réponses sur l'autel de l'orangezinette.

Réputations et aveu de faiblesse


" C'est plutôt les commentateurs sportifs que l'arbitre lui-même parce que, dans ces cas-là, l'arbitre ne peut pas se permettre de dire : "Ça aurait pu être un rouge." " José Cobos l'admet sans sourciller : le carton jaune orangé n'est pas un concept dont l'homme en jaune s'embarrasse. Pire, il n'en fait jamais mention. Et selon Grégory Tafforeau, la raison en est plutôt simple : " Si un arbitre dit cela, il se contredit lui-même. S'il le pense, qu'il a un doute sur le jaune ou sur le rouge, il ne doit pas le dire. Ce serait même un aveu de faiblesse de le dire." Pourtant, le carton jaune orangé n'est pas un concept aussi vide que les caisses du RC Lens. Selon les situations, le déroulé du match, la minute de jeu, le caractère d'un joueur, l'arbitre peut être confronté à un choix cornélien entre la simple biscotte ou le renvoi au vestiaire : "Le jaune orangé, on en parle souvent sur des grosses fautes qui se font au tout début de match, où l'arbitre n'ose pas trop sortir le rouge parce que c'est trop tôt ", poursuit Tafforeau avant de décrire une action type où les couleurs se…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant