Mais qui es-tu, la rupture du ligament croisé ?

le
0
Mais qui es-tu, la rupture du ligament croisé ?
Mais qui es-tu, la rupture du ligament croisé ?

Nabil Fekir ne reverra pas les terrains de football avant au moins six mois. Rupture des ligaments croisés du genou pour lui. Clairement la pire blessure pour un footballeur. Voilà pourquoi.

C'est la sale blessure, celle qui vous met sur le flanc six mois minimum et vous nique la saison. Celle que tout footballeur redoute. À l'origine il y a une mauvaise réception, ou une rotation non maîtrisée et puis d'un coup, le genou se bloque dans la pelouse. Rien de très douloureux, mais un bruit sec abominable, comme un claque-doigt. Votre ligament croisé antérieur vient de lâcher, ça y est. Si vous ignoriez au départ que vous en aviez pour six mois minimum avant de re-tâter la gonfle, un médecin un peu sec vous le confirme en vous donnant, l'air désolé de circonstance, les résultats de votre IRM. Il va falloir passer sur le billard.

La galère ne fait que commencer. La rupture du ligament croisé, c'est la hantise du footballeur. Tout le monde a un pote qui s'est "fait les croisés " et qu'on n'a pas vu pendant presque un an. Même chez les pros, les exemples sont légion : Robert Pirès, Philippe Mexès, Xavi, Falcao, Lorenzo Insigne ou, plus récemment, Max-Alain Gradel et Benoit Costil, ont dû passer par la case hosto. La différence, c'est qu'eux ont eu la chance de se payer des cliniques privées hors de prix. Pas vous. Votre lot quotidien après l'opération, ce sont les infirmières assez loin du fantasme véhiculé par les films pour adultes, l'odeur abominable de l'hôpital et le voisin de palier qui, lui, n'en a plus pour très longtemps. Durant les premiers jours, la douleur est si forte qu'elle pousse parfois à regarder des documentaires sur l'express côtier norvégien en suppliant une interne un peu sympa de vous faire une piqûre de morphine. Bouger la jambe, la plier, contracter la cuisse. La première semaine, il faut réapprendre ces gestes après des nuits trop courtes sauvées par quelques injections d'anti-douleur.

Quatre heures par jour de kiné


À la sortie de l'hôpital débute la phase de rééducation active. Pierre Abric, kiné qui fut à l'origine de la création de Capbreton, le centre de rééducation réservé aux sportifs de haut niveau en connaît un rayon à ce sujet : "Avant de reprendre un sport à torsion (où le genou doit pivoter), c'est 6 mois minimum, pas un jour de moins, avant c'est suicidaire de faire reprendre un joueur." "Ça, c'est pour un sportif de haut niveau, pour une personne qui joue au football de manière occasionnelle, c'est 10 à 12 mois", conteste quant à lui le docteur Tarek Ala Eddine, spécialiste du genou,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant