Mais qui es-tu, la RoboCup ?

le
0
Mais qui es-tu, la RoboCup ?
Mais qui es-tu, la RoboCup ?

Du 19 juillet au 23 juillet dernier s'est déroulée une nouvelle édition de la RoboCup à Hefei, dans l'Est de la Chine. Pendant cinq jours, des robots de toutes les tailles et de toutes les nationalités se sont affrontés lors de cette compétition pas si récente et aux objectifs... ambitieux.

Les débats concernant l'évolution de la recherche autour de l'intelligence artificielle n'en finissent plus d'animer les esprits des plus grands scientifiques de ce monde. Les différents courants de pensée s'affrontent sans qu'aucun ne semble vraiment prendre le dessus sur les autres. D'un côté, Stephen Hawking, le physicien, craint le développement d'une intelligence non humaine, comme il l'expliquait dans The Independent l'an passé : "L'impact à court terme de l'intelligence artificielle dépend de qui la contrôle. Et, à long terme, de savoir si elle peut être tout simplement contrôlée. " Pour d'autres, comme le scientifique Joël de Rosnay, qui s'exprimait il y a peu dans Forum, "il faut avoir moins peur de l'intelligence artificielle que de la stupidité naturelle ". Dans ce débat, les centaines de chercheurs qui se regroupent très souvent lors des différentes éditions des RoboCups ont déjà tranché. Leur objectif premier ? Promouvoir la recherche en robotique et en intelligence artificielle.

Objectif ou rêve ?


Sur le site officiel de la RoboCup, l'objectif de l'organisation et de ces rencontres quasi annuelles est fièrement dévoilé à tous : "D'ici le milieu du XXIe siècle, une équipe de robots entièrement autonomes gagnera un match de football, un match qui respectera les règles de la FIFA, contre l'équipe qui aura gagné la dernière édition de la Coupe du monde. " Un projet ambitieux, donc, mais auquel ils sont plutôt nombreux à croire. Cette année, à Hefei, le ton a été donné dès la cérémonie d'ouverture. Durant cette dernière, un petit robot humanoïde de la société iFly Tek a parfaitement rempli ses fonctions d'interprète pour tous les participants. Comme chaque année, les robots se sont disputé trois coupes différentes. La première regroupait les robots de taille adulte. La seconde, ceux de taille moyenne. Et la dernière, celle dans laquelle une équipe française était engagée, regroupait les robots de petite taille (Kid size, en anglais). Dans toutes les catégories, ces robots arrivent à disputer de vrais matchs de football grâce à des techniques bien particulières.

Fabrice Jumel, maître de conférence à CPE Lyon, expliquait il y a peu à France Info le fonctionnement de ces humanoïdes : "Ils sont complètement autonomes, ils ont une vision du jeu qui leur est donnée par un certain nombre de caméras, placées au-dessus des…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant