Mais qui es-tu, Granville ?

le
0
Mais qui es-tu, Granville ?
Mais qui es-tu, Granville ?

Ce mardi soir, Granville petit club de CFA 2, rencontre Bourg-Péronnas pour les 8es de finale de Coupe de France. Une première pour ce petit club de Normandie qui fait office de Petit Poucet de la compétition. Mais qui es-tu, l'US Granville ?

Fondé en 1918, l'US Granville est un petit club de la Manche qui évolue dans le stade Louis Dior. Oui, Dior, comme Christian et sa famille d'industriels qui ont élu résidence dans le coin il y a de ça des siècles. Au rayon football, le dernier exploit de l'USG date également. C'était il y a presque cinquante ans et une défaite en 32es de finale de Coupe de France contre le FC Rouen, ancien pensionnaire de D1. Depuis, la situation du club n'a pas vraiment changé. Mais l'arrivée de l'entraîneur, Johan Gallon, il y a presque trois ans, a bouleversé le train-train quotidien. Même si l'équipe officie toujours en CFA 2, l'opération reconquête a bien été lancée. "Je suis arrivé au club avec un groupe à disposition. Quelques joueurs que je connaissais déjà, qui correspondaient au projet de jeu assez offensif. On a travaillé durant la première année et on a fini invaincus en DH. Ensuite, on remonte en CFA 2. Et on rate la montée d'un point, pour finir meilleurs deuxièmes de notre championnat", raconte l'ancien joueur de Caen. La mayonnaise commence à prendre dans la Manche, et les joueurs adhèrent à la philosophie : "Même si la frustration était présente, on a rebondi et on a continué notre projet qui avait commencé deux ans et demi plus tôt. On est repartis sur cette dynamiqu, et maintenant, on est deuxièmes de notre championnat. Et puis la Coupe de France est venue se greffer à notre calendrier", avoue le coach. Parce que, oui, les Granvillais n'avaient pas prévu de revêtir en février 2016 le fameux costume de Petit Poucet de la compétition.

Les pronostics de GRANVILLE

Le début d'une belle histoire…


En effet, cette campagne nationale n'était pas dans les objectifs du club en début de saison. "On s'était fixé d'aller jusqu'en 32es. Le reste, ce n'est que du bonus", déclare Dominique Gortari, co-président du club. Les clubs de Dives, Saint-Nazaire, Laval et Sarreguemines se sont tous cassé les dents face à l'USG. "On a abordé les premiers tours en restant sérieux et en faisant le travail. Lorsqu'on a joué Dives, chez nous, on a commencé à sentir un engouement populaire derrière nous. On a senti cet engouement pour la…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant