Mais qui es-tu Crotone ?

le
0
Mais qui es-tu Crotone ?
Mais qui es-tu Crotone ?

A mi-saison, ce club de Calabre se retrouve en tête de la Serie B et a de grandes chances d'imiter l'exploit réalisé par Carpi et Frosinone la saison passée. Découverte d'un énième conte de fée à l'italienne.

C'était la rencontre qui devait montrer ce que l'équipe surprise avait dans le ventre. Pour l'ouverture de la phase retour, Crotone, second, recevait le leader Cagliari lundi soir. Une équipe sarde censée dominer le championnat de la tête et des épaules au vue de son effectif cinq étoiles. Il a fallu un exploit de Storari pour éviter une grosse correction. Au final, les Calabrais s'imposent 3-1 et prennent la tête du championnat. Son président Raffaele Vrenna a enfin craché le morceau : "On ne peut plus se cacher, cette promotion en Serie A, on ne peut que la perdre." L'avance sur le 3ème (première place qualificative pour les play-offs) est maintenant de 8 points, Crotone est bien parti pour succéder à Carpi et Frosinone au rayon des promus surprises.

Le chouchou des gros cadors


"En 1992, moi et mon frère Gianni devenons propriétaire de la Nuovo Crotone, la seconde équipe de la ville puisque la première avait fait faillite. Les couleurs étaient jaune et noire et le club évoluait en 1a Categoria (le 8ème niveau, ndlr). A la base, ce n'était qu'un jeu, mais notre bonne organisation a payé et huit ans plus tard, nous nous retrouvons déjà en Serie B !", raconte le président. Une ascension fulgurante comme on en voit finalement régulièrement dans le panaroma du football italien : "L'enthousiasme vous amène à obtenir des résultats, sans oublier le travail minutieux de tous mes collaborateurs." Parmi eux, Peppe Ursino, directeur sportif en place depuis 20 ans et à l'origine de la politique qui a fait le succès du club : "Il a mis en place un réseau de scouting très important, nous nous concentrons surtout sur les jeunes. Sur les 10 dernières années, plus de 60 joueurs passés par Crotone ont ensuite fini en Serie A ou en Nazionale."

Des noms ? Nocerino, Sculli, Aronica, Konko, Gastaldello, Pellé, Sansone, Florenzi ou encore Bernardeschi. La stratégie est la suivante, dégoter les prêts de quelques-uns des meilleurs pensionnaires des centres de formation des top clubs italiens : "Avec le temps, on a gagné leur confiance et leur estime. Ils savent qu'on fait du bon boulot, que les joueurs ont les moyens de progresser techniquement, mais aussi de le faire dans un environnement sain. Et puis, on paye toujours en temps voulu, on peut dire qu'on est devenu leur courant préférentiel au…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant