Mais que va faire Pippo Inzaghi ?

le
0

C'était dans l'air depuis un long moment, c'est désormais officiel : Filippo Inzaghi a été licencié, ce mardi matin, par le Milan AC. Un choix qui ne surprend personne, tant SuperPippo a déçu pour sa première saison d'entraîneur au plus haut niveau. Une expérience infructueuse dont il devra tirer les enseignements pour rebondir.

C'en est fini ! Il aura au moins eu le mérite d'aller jusqu'au bout de la saison, mais comme attendu depuis des mois, Filippo Inzaghi a bien été remercié par le Milan AC. Un couperet tombé officiellement ce mardi, pour laisser place à Siniša Mihajlović, intronisé dans la foulée. Comme Clarence Seedorf, il y a pile un an, SuperPippo n'a pas non plus trouvé d'accord à l'amiable avec les Rossoneri. Refusant logiquement de faire des cadeaux à un Milan qui a géré la situation de manière assez ingrate, en négociant l'arrivée d'un autre entraîneur avant même de lui avoir communiqué la sortie. Inzaghi touchera ainsi son salaire (1,5 million d'euros annuels brut) jusqu'à la fin de son contrat qui court jusqu'à juin 2016, là aussi comme Seedorf (5 millions annuels brut). Pas franchement sain pour les finances du Diavolo qui devra donc s'acquitter, la saison prochaine, des émoluments de trois entraîneurs.

Une marche trop haute pour un novice


Même s'il n'a jamais cessé de répéter sa conviction de pouvoir réussir, Inzaghi se savait toutefois en danger. La faute à des résultats tout aussi médiocres que le jeu proposé par sa formation. Le verdict final est d'ailleurs révélateur avec seulement 52 points au compteur (13 victoires, 13 nuls, 12 défaites) et une triste dixième place, trois petits points devant le promu palermitain ou encore Sassuolo. Un bilan encore davantage assombri par une piteuse élimination en quarts de finale d'une Coupe d'Italie annoncée comme un objectif prioritaire en l'absence de Coupe d'Europe à disputer. Malgré deux années sur le banc des Allievi Nazionali (U16), et de la Primavera (U19), Inzaghi s'est rapidement montré trop inexpérimenté. Motivé mais trop maladroit, tel un jeune homme avec une compagne bien plus émérite. Certes les torts sont partagés aussi bien avec les joueurs qu'avec les dirigeants, mais SuperPippo a semblé totalement dépassé par les événements. Presque déconnecté, hors-jeu. Logique, pour lui.

Apprendre de ses échecs


L'occasion aussi de rappeler qu'un grand joueur ne fait pas (forcément) un grand entraîneur. Inzaghi n'est d'ailleurs pas le seul Milanais à en faire l'(amère) expérience. Gennaro Gattuso, par exemple, n'a tenu que quelques matchs sur les bancs de Sion, puis de Palerme avant de se heurter aux difficultés financières de l'OFI Crête. Des aventures qui se sont donc terminées en eau…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant