Mais qu'est-ce que Kharja vient faire à Sochaux ?

le
0
Mais qu'est-ce que Kharja vient faire à Sochaux ?
Mais qu'est-ce que Kharja vient faire à Sochaux ?

Plus d'un mois après la clôture du mercato, Sochaux a surpris tout le monde en engageant Houssine Kharja. À 31 ans et après une saison blanche, le milieu de terrain marocain passé par l'Inter Milan et la Fiorentina, absent contre Laval ce vendredi, a accepté de relever le challenge du FCSM en Ligue 2. Surprenant ? Finalement pas tant que ça.« Un ancien de l'Inter à Sochaux ». Sous ce titre « aspirateur à clics » s'est caché le vrai gros coup du mercato en Ligue 2, réalisé plus d'un mois après la fermeture du marché des transferts. Un peu en catimini, Houssine Kharja s'est engagé avec le FCSM jusqu'à la fin de saison. Un transfert franchement improbable à tous points de vue. D'abord parce que Sochaux ne pouvait pas débourser le moindre centime, et puis surtout parce que les joueurs avec le CV de Kharja qui viennent en L2 sont très, très rares, pour ne pas dire introuvables.

Pisté aussi par Sheffield Wednesday, Kharja a préféré relever le défi sochalien, séduit par le discours d'Olivier Echouafni, à la recherche d'un joueur supplémentaire pour encadrer une équipe jeune et qui doit digérer la relégation. À 31 ans et après une carrière italienne d'une dizaine d'années et des expériences à la Roma, l'Inter ou la Fiorentina, le Marocain avait le profil idéal. Restait « juste » à le convaincre. « L'idée de venir ici m'a tout de suite parlé, en positif, a-t-il déclaré à son arrivée. Le coach croit en moi, le club croit en moi. Ce qui m'a plu aussi, c'est de pouvoir encadrer le groupe et faire jouer mon expérience, mon vécu. Se sentir aussi important pour un club, c'est toujours positif. Maintenant, à moi de jouer. »
Aucun match depuis la baston
À l'écouter, Kharja, libre de tout contrat, n'a donc pas hésité longtemps. Paradoxalement, Sochaux beaucoup plus. Devant la possibilité de réaliser un joli coup sur le papier, les dirigeants du FCSM se sont interrogés. Lancer une « star » dans un groupe qui commence doucement à prendre forme est-il judicieux ? Ne risque-t-il pas de boucher l'horizon des jeunes milieux de terrain de l'effectif (Ilaimaharitra, Malsa, Tardieu, Lopy ) ? « Il y a eu une réflexion sur la façon d'organiser l'équipe. Un vrai débat, oui », a reconnu le président Laurent Pernet dans les colonnes de L'Est Républicain, au sujet d'un joueur qui se définit lui-même comme « box to box » et qui sera chargé d'alimenter au mieux Cáceres, Butin ou Toko Ekambi.

Mais ce qui a sans doute fait un peu trembler Laurent Pernet au moment de signer le contrat, c'est le flou concernant l'état physique de Kharja, qui n'a plus joué depuis plus d'un an. Sa dernière apparition sur un terrain remonte en effet à mars...





« Un ancien de l'Inter à Sochaux ». Sous ce titre « aspirateur à clics » s'est caché le vrai gros coup du mercato en Ligue 2, réalisé plus d'un mois après la fermeture du marché des transferts. Un peu en catimini, Houssine Kharja s'est engagé avec le FCSM jusqu'à la fin de saison. Un transfert franchement improbable à tous points de vue. D'abord parce que Sochaux ne pouvait pas débourser le moindre centime, et puis surtout parce que les joueurs avec le CV de Kharja qui viennent en L2 sont très, très rares, pour ne pas dire introuvables.

Pisté aussi par Sheffield Wednesday, Kharja a préféré relever le défi sochalien, séduit par le discours d'Olivier Echouafni, à la recherche d'un joueur supplémentaire pour encadrer une équipe jeune et qui doit digérer la relégation. À 31 ans et après une carrière italienne d'une dizaine d'années et des expériences à la Roma, l'Inter ou la Fiorentina, le Marocain avait le profil idéal. Restait « juste » à le convaincre. « L'idée de venir ici m'a tout de suite parlé, en positif, a-t-il déclaré à son arrivée. Le coach croit en moi, le club croit en moi. Ce qui m'a plu aussi, c'est de pouvoir encadrer le groupe et faire jouer mon expérience, mon vécu. Se sentir aussi important pour un club, c'est toujours positif. Maintenant, à moi de jouer. »
Aucun match depuis la baston
À l'écouter, Kharja, libre de tout contrat, n'a donc pas hésité longtemps. Paradoxalement, Sochaux beaucoup plus. Devant la possibilité de réaliser un joli coup sur le papier, les dirigeants du FCSM se sont interrogés. Lancer une « star » dans un groupe qui commence doucement à prendre forme est-il judicieux ? Ne risque-t-il pas de boucher l'horizon des jeunes milieux de terrain de l'effectif (Ilaimaharitra, Malsa, Tardieu, Lopy ) ? « Il y a eu une réflexion sur la façon d'organiser l'équipe. Un vrai débat, oui », a reconnu le président Laurent Pernet dans les colonnes de L'Est Républicain, au sujet d'un joueur qui se définit lui-même comme « box to box » et qui sera chargé d'alimenter au mieux Cáceres, Butin ou Toko Ekambi.

Mais ce qui a sans doute fait un peu trembler Laurent Pernet au moment de signer le contrat, c'est le flou concernant l'état physique de Kharja, qui n'a plus joué depuis plus d'un an. Sa dernière apparition sur un terrain remonte en effet à mars...





...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant