Mais qu'est-ce que c'est que ces règles ?

le
0
Mais qu'est-ce que c'est que ces règles ?
Mais qu'est-ce que c'est que ces règles ?

Un penalty raté pour Ryad Boudebouz, un match arrêté à cause de la pluie à rejouer dans son intégralité, une faute litigieuse sur Zlatan Ibrahimović : ce week-end de Ligue 1 a mis les nerfs des joueurs et des supporters à rude épreuve. Pourtant, les lois du jeu sont intraitables. Dura lex, sed lex.

Le penalty de Ryad Boudebouz

Que s'est-il passé ?

Ce vendredi, alors que le LOSC de Sofiane Boufal mène tranquillement contre un Montpellier au plus bas (2-0), Corchia pousse Cornette dans sa surface de réparation. Sans hésiter, Saïd Enjimi désigne le point de penalty. Confiant, puisqu'il n'a jamais loupé un coup de pied de réparation en Ligue 1, Ryad Boudebouz se saisit du ballon et s'élance. Dommage pour lui, c'est Mike Maignan qui est dans les cages. Et le jeune gardien n'a alors concédé aucun penalty. Marabouté, Boudebouz envoie une minasse sur le poteau. Le cuir lui revient dans les pieds, et le Montpelliérain marque. Mais son but est annulé puisqu'aucun joueur n'a retouché le ballon avant lui.

Qu'en disent les lois du jeux ?

Pour savoir si M. Enjimi a eu raison de refuser ce but à l'ex-monsieur 100%, il faut ouvrir le précieux grimoire des lois du jeu et lire la loi 14, qui traite de la question des coups de pied de réparation (c'est comme ça qu'on appelle les penaltys entre arbitres). Dans l'alinéa 3, ayant trait à l'exécution d'un penalty, la règle est on ne peut plus claire : " Le tireur de coup de pied de réparation botte le ballon en direction du but ; il ne doit pas jouer le ballon une seconde fois avant que celui-ci n'ait été touché par un autre joueur, même si le ballon touche la transversale ou un poteau ; le ballon est en jeu dès qu'il est botté et a bougé en direction du but adverse. " La raison, elle, est toute simple : un joueur ne peut pas toucher deux fois le ballon sur un coup de pied arrêté. Or, le poteau est considéré comme un élément neutre.

L'avis d'Éric Castellani, ex-président du Syndicat des arbitres du football d'élite

" L'arbitre a sifflé un coup franc indirect parce que le joueur qui a tiré ne peut pas retoucher le ballon avant qu'un autre joueur l'ait fait. C'est pareil pour tous les coups de pied arrêtés. Je ne peux pas vraiment vous donner la logique qui a motivé l'International Board à établir cette règle, mais il y a au moins un souci d'unité qui a été respecté. Par exemple, si un six-mètres revient sur un gardien à cause d'un vent violent et que le gardien retouche le ballon, il y aura également faute. Après c'est vrai que dans le cas du penalty, on pénalise plus l'équipe qui tire le penalty que celle qui fait faute dans un premier…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant