Mais pourquoi les ministres en veulent-ils tant à Jean-Marc Ayrault ?

le
0
Jean-Marc Ayrault est contesté au sein de sa majorité.
Jean-Marc Ayrault est contesté au sein de sa majorité.

"Pipeau, pipeau, pipeau." Ces mots ne sont pas tirés d'une scène de ménage entre Valérie Trierweiler et un François Hollande essayant de justifier ses escapades casquées. Ils sortent de la bouche de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti et visent les déclarations de Jean-Marc Ayrault qui assure que "600 emplois ont été sauvés à Florange" : "C'est faux, leurs postes sont supprimés", a-t-elle déploré, assise devant sa télévision. Racontée par la journaliste du Journal du dimanche Cécile Amar dans le livre qu'elle a consacré à François Hollande, Jusqu'ici, tout va mal (Grasset), la scène en dit long sur le peu d'estime que portent certains membres du gouvernement à leur chef. Car, depuis qu'il a pris ses quartiers à Matignon, le Premier ministre est régulièrement critiqué, tancé, contesté par les ténors de sa majorité, notamment par ses ministres qui n'hésitent pas à laver leur linge sale en public. Les critiques les plus connues : le lancement-surprise de la réforme fiscale, qui a créé un malaise avec Pierre Moscovici, le rapport polémique sur l'intégration publié sur le site de Matignon, qui a fait enrager Manuel Valls, le dossier Florange, qui lui a valu quelques phrases assassines de la part d'Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif. M. Montebourg a d'ailleurs répondu "joker" à un journaliste qui lui demandait en décembre s'il fallait un nouveau Premier ministre en 2014, signe qu'il fait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant