Mais où es-tu, Sami Khedira ?

le
0
Mais où es-tu, Sami Khedira ?
Mais où es-tu, Sami Khedira ?

Depuis que son genou a sauté en novembre 2013, on a plus souvent vu Khedira dans les colonnes transfert que sur un terrain. Pourtant, il a remporté Coupe du monde, Ligue des Champions et Coupe du monde des clubs, un exploit jamais vu depuis Roberto Carlos en 2002. Sami n'est pas fini.

Le 15 novembre 2013, l'Allemagne affronte l'Italie en amical. A la 67e minute, Sami Khedira tente de déposséder Andrea Pirlo du ballon, mais ne parvient qu'à cogner son genou contre celui de l'Italien. Les deux joueurs s'effondrent. L'Allemand ne se relèvera pas. Parce que s'attaquer à la beauté n'est jamais bon, les ligaments de son genou ont lâché. Il en a pour six mois, minimum. Sa participation à la Coupe du Monde est compromise. Au Real Madrid, Carlo Ancelotti doit alors réinventer Angel Di Maria pour épauler Xabi Alonso et Luka Modric dans son trident du milieu. Sami Khedira, déjà fragilisé par le départ de José Mourinho, à qui il est resté loyal jusqu'au bout, n'est plus personne. Il lui fait attendre mai pour reporter le maillot blanc. Contre Valence et Valladolid, il reste sur le banc.

Face à Vigo, il retrouve sa place dans une équipe décimée, sort à la 56e, et le Real s'incline sur un doublé de Charles. On a vu meilleur retour à la compétition. La semaine suivante contre l'Espanyol, même topo, titulaire, sortie à l'heure de jeu, mais victoire du Real 3-1 cette fois, même si tous les buts sont inscrits après sa sortie. Malgré tout, Ancelotti a confiance en lui. Alors, à l'heure d'affronter l'Atletico en finale de la Ligue des Champions, alors que Xabi Alonso est suspendu, il le choisit pour accompagner Di Maria et Modric. Pas Isco ou Illarramendi, trop inexpérimenté, ni même Pepe, trop défenseur. La suite est connue: Khedira sort à l'heure de jeu, remplacé par Isco, les Colchoneros tiennent la coupe pendant un peu moins d'une heure, entre l'ouverture du score de Godin et l'égalisation in-extremis de Ramos, avant de craquer en prolongations.
A nos actes manqués
Ca fait un titre pour Sami, qui se dirige maintenant vers son véritable objectif: la Coupe du Monde. Au sein de la Nationalmannschaft, il tient un solide allié en la personne de Joachim Löw. Le sélectionneur lui a en effet donné sa chance alors qu'il évoluait encore Stuttgart et l'a ainsi révélé aux yeux du monde entier lors du Mondial sud-africain. De toute manière, Jogi n'a pas trop le choix, tous ses milieux centraux habituels étant sur le flanc: les jumeaux Bender, Gündo?an, Schweinsteiger sur une jambe. Alors Sami est titulaire d'entrée contre le Portugal, puis contre le Ghana, et se repose face aux USA. S'il est sur le banc contre l'Algérie, la faute au retour de Schweini, ce qui pousse Löw à aligner le trident...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant