Mais bon sang, que vient faire Moyes à la Real Sociedad ?

le
0
Mais bon sang, que vient faire Moyes à la Real Sociedad ?
Mais bon sang, que vient faire Moyes à la Real Sociedad ?

C'est officiel depuis cette nuit : David Moyes sera l'entraîneur de la Real Sociedad. C'est ça, on parle bien du dernier fiasco de Manchester United. En Liga, l'Écossais va arriver dans un nouvel environnement avec une philosophie bien différente. Et ça va lui faire tout drôle.Elle est là, l'info choc de ce début novembre. David Moyes qui vient poser ses valises à San Sebastián. Improbable. Lui, le gamin de Glasgow élevé à la sauce kick and rush, va venir découvrir une cité magnifique au bord de la mer Cantabrique, offrant une gastronomie bien différente de la malbouffe anglaise. Une vraie nouveauté pour le coach qui, au cours de ses deux carrières (celle de joueur, passée entre le Celtic, Bristol City ou Shrewsbury Town, puis celle de coach, embrassée en 1998), n'est jamais sorti de Grande-Bretagne. Mais un défi de choix, après l'échec de son passage à Manchester United, la saison dernière. Il faut dire que la Real Sociedad ne va pas bien. Actuel 15e de Liga, le club de San Sebastián compte le même nombre de points que le premier relégable, et semble ne pas s'être remis du départ de certains cadres, comme Antoine Griezmann cet été. Moyes arrive dans ce contexte, et va devoir relever un club malade. Tout l'inverse de United donc, lorsqu'il était arrivé dans une équipe qui venait d'être à nouveau sacrée championne d'Angleterre, et où tout allait bien.
Madame hésite, David fonce
David Moyes en Espagne, c'est une annonce cocasse. C'est un peu comme si on annonçait René Girard à la Sampdoria, ou Brendan Rodgers à Lorient. Des mecs qui ne sont jamais sortis de leur territoire et qui, d'un coup, se lancent dans un défi complètement nouveau, comme pour donner un second souffle à leur carrière. Et puis, plus globalement, un Britannique qui débarque en Espagne, cela à de quoi surprendre, surtout lorsque l'on voit que les fidèles de Sa Majesté ne sont pas maîtres en leur royaume. Des 20 équipes présentes en Premier League, seul un gros poisson, Liverpool, a pour entraîneur du made in UK. Mais voilà, Moyes a souhaité surprendre. Dans la journée de lundi, c'était d'ailleurs son principal concurrent au poste, Pepe Mel, qui tenait la corde pour reprendre le navire basque. Déjà afin d'éviter une barrière de la langue, mais surtout pour des raisons extra sportives. Car en réalité, c'est sans doute à cause de sa femme Pamela que Moyes a bien failli ne pas signer pour l'actuel quinzième de Liga. La raison ? Madame ne se sentait pas prête à vivre à Saint-Sébastien, tout simplement.

Si David semble avoir remis les points sur les "i" dans la soirée, cette première frasque laisse à penser que le coach n'est pas (toujours) le seul à décider de son sort....



Elle est là, l'info choc de ce début novembre. David Moyes qui vient poser ses valises à San Sebastián. Improbable. Lui, le gamin de Glasgow élevé à la sauce kick and rush, va venir découvrir une cité magnifique au bord de la mer Cantabrique, offrant une gastronomie bien différente de la malbouffe anglaise. Une vraie nouveauté pour le coach qui, au cours de ses deux carrières (celle de joueur, passée entre le Celtic, Bristol City ou Shrewsbury Town, puis celle de coach, embrassée en 1998), n'est jamais sorti de Grande-Bretagne. Mais un défi de choix, après l'échec de son passage à Manchester United, la saison dernière. Il faut dire que la Real Sociedad ne va pas bien. Actuel 15e de Liga, le club de San Sebastián compte le même nombre de points que le premier relégable, et semble ne pas s'être remis du départ de certains cadres, comme Antoine Griezmann cet été. Moyes arrive dans ce contexte, et va devoir relever un club malade. Tout l'inverse de United donc, lorsqu'il était arrivé dans une équipe qui venait d'être à nouveau sacrée championne d'Angleterre, et où tout allait bien.
Madame hésite, David fonce
David Moyes en Espagne, c'est une annonce cocasse. C'est un peu comme si on annonçait René Girard à la Sampdoria, ou Brendan Rodgers à Lorient. Des mecs qui ne sont jamais sortis de leur territoire et qui, d'un coup, se lancent dans un défi complètement nouveau, comme pour donner un second souffle à leur carrière. Et puis, plus globalement, un Britannique qui débarque en Espagne, cela à de quoi surprendre, surtout lorsque l'on voit que les fidèles de Sa Majesté ne sont pas maîtres en leur royaume. Des 20 équipes présentes en Premier League, seul un gros poisson, Liverpool, a pour entraîneur du made in UK. Mais voilà, Moyes a souhaité surprendre. Dans la journée de lundi, c'était d'ailleurs son principal concurrent au poste, Pepe Mel, qui tenait la corde pour reprendre le navire basque. Déjà afin d'éviter une barrière de la langue, mais surtout pour des raisons extra sportives. Car en réalité, c'est sans doute à cause de sa femme Pamela que Moyes a bien failli ne pas signer pour l'actuel quinzième de Liga. La raison ? Madame ne se sentait pas prête à vivre à Saint-Sébastien, tout simplement.

Si David semble avoir remis les points sur les "i" dans la soirée, cette première frasque laisse à penser que le coach n'est pas (toujours) le seul à décider de son sort....



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant