Mais bon sang, où est passé Villarreal ?

le
0
Mais bon sang, où est passé Villarreal ?
Mais bon sang, où est passé Villarreal ?

Belle surprise de cette Liga, Villarreal est en train d'adoucir son rythme de croisière. La faute à de mauvaises nouvelles successives, et à une rentrée dans le rang pour le moins compréhensible. Mais il ne s'agit pas de finir en roue libre

Dans la communauté de Valence, un dicton local veut que "plou poc però per a lo poc que plou, plou prou." En français, il pleut peu, mais à chaque fois qu'il pleut, il pleut assez. Assez, c'est sans doute la pensée actuelle des supporters de Villarreal en ce moment. Parce que si le mois d'avril tend au retour des grosses chaleurs en Espagne, le deuxième club le plus connu de la région connaît une averse de pépins, façon pluie tropicale. Au classement, Villarreal pointe au sixième rang, et fait office de simple poursuivant dans une étape du Tour de France, largué par le groupe de tête avec onze points de retard sur le FC Séville, mais pas encore rejoint par le peloton, avec une avance de six points sur Málaga. À six journées de la fin du championnat, le sous-marin jaune peut prétendre à une fin d'exercice tranquille, mais encore faudrait-il retrouver le goût de la victoire. Parce que le succès, les Amarillos le recherchent maintenant depuis huit matchs, toutes compétitions confondues.
Calmé par le grand frère
De l'allant et de l'esthétisme. Voilà ce qui caractérisait Villarreal avant d'attaquer le mois où il ne faut pas se découvrir d'un fil. Emmenée par Marcelino Garcia Toral depuis la seconde division, la maison jaune recevait aussi bien qu'elle se déplaçait. À titre d'exemple, cette superbe victoire en championnat au Vicente-Calderón à la mi-décembre (1-0) pour battre l'Atlético sur son terrain après plus d'un an d'invincibilité à domicile en Liga. Au Madrigal, la défense valencienne est impassable, enchaînant sept rencontres sur son terrain sans prendre le moindre but. Grâce à cette phase positive, Villarreal engrange les points et prend le bon wagon pour accrocher les places européennes, dans le sillage de Valence, de l'Atlético Madrid et du FC Séville. Séville, c'est d'ailleurs le tournant de la saison de Villarreal. En huitièmes de finale de la Ligue Europa, le cousin rojiblanco vient calmer la dynamique du Madrigal d'entrée de jeu. En 13 secondes, Vitolo ouvre le score et inscrit déjà un but à l'extérieur capital. S'ensuit une rencontre ponctuée par deux autres buts encaissés, condamnant Villarreal à l'impossible au Sánchez-Pizjuán (1-3). Terminant cette double confrontation par une élimination contre un adversaire avec plus de bouteille, la spirale négative n'en finit plus de s'arrêter chez Villarreal. Certains résultats sont assez évocateurs du coup de mou vécu…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant