Mairie de Paris : Anne Hidalgo réduit les effectifs de son cabinet

le
1
Mairie de Paris : Anne Hidalgo réduit les effectifs de son cabinet
Mairie de Paris : Anne Hidalgo réduit les effectifs de son cabinet

Le nombre de collaborateurs d'Anne Hidalgo (PS) et de ses adjoints à la mairie de Paris va être sensiblement diminué par rapport à la précédente mandature, de même que le nombre de directions de la Ville. Une délibération prochainement soumise au vote des conseillers de Paris proposera de faire passer de 40 à 32 le nombre maximal de collaborateurs du maire, selon le directeur de cabinet de la maire de Paris, Mathias Vicherat, qui occupait déjà cette fonction auprès de l'ancien maire socialiste Bertrand Delanoë. Le nombre de collaborateurs des adjoints de la maire passe quant à lui de 130 à 99. Comme elle s'y était engagée, Anne Hidalgo a réduit le nombre d'adjoints de 36 à 21, auxquels se rattachent cinq conseillers délégués.

Un effort a également été demandé aux maires d'arrondissement, dont «l'enveloppe collaborateurs» a été réduite de 10%. Au total, ce resserrement de la masse salariale représente une économie d'au moins 25 millions d'euros sur la mandature, "«25 à 30 millions si on y ajoute la baisse de 10% des moyens des groupes politiques", a expliqué Mathias Vicherat. En outre, le nombre de directions de la Ville de Paris passera de 27 à 20, comme le détaillera une communication transmise mardi aux élus.

Le rapprochement des directions devrait être effectif à l'été. Dans une deuxième phase, une réduction du nombre de strates hiérarchiques devrait être mise en oeuvre. «Au-delà de six ou sept niveaux, on perd en efficacité. Or, dans certaines directions, il y a une dizaine de niveaux», a souligné Mathias Vicherat. «La création de certaines directions a pu correspondre à des besoins ponctuels. Ainsi la direction des achats a bien fonctionné, et permis d'économiser 45 millions d'euros par an. Elle va désormais être fusionnée avec les finances», a-t-il détaillé.

Cette décision s'inscrit dans le contexte national de réduction des dépenses publiques. Il s'agit aussi pour la Ville, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nebraska le vendredi 9 mai 2014 à 09:22

    C'est déjà un bon début, les parisiens peuvent applaudirent. (et je ne suis pas de gauche)