Mairie de Paris : 343 000 euros pour camoufler un conflit d'intérêts ?

le
0
Le maire de Paris a-t-il cherché à camoufler un conflit d'intérêts, en évinçant Paul Roll de la tête de l'Office de tourisme ?
Le maire de Paris a-t-il cherché à camoufler un conflit d'intérêts, en évinçant Paul Roll de la tête de l'Office de tourisme ?

En avril 2013, le débat fait rage dans le cabinet du maire de Paris. Bertrand Delanoë a décidé, à l'automne 2012, de se débarrasser de Paul Roll, directeur général de l'office de tourisme et des congrès de Paris (OTCP). La raison officielle alléguée par le cabinet ? "Une volonté de renouveler l'équipe dirigeante". En réalité, le problème est un peu plus sérieux. Paul Roll, à la tête de l'OTCP pendant onze ans, a pris en 2009 une participation à hauteur de 12,5 % dans la société SAS ODO. Une société présidée par sa compagne, Marie-Bernadette Chevallier, dont les statuts sont "la gestion, directe ou indirecte, d'hôtels et d'activités hôtelières" et "la prise de participation (...) dans les sociétés destinées à contrôler ou à gérer une activité d'hôtellerie". ODO gère ainsi l'ancienne Maison des centraliens, réhabilitée en un magnifique complexe hôtelier : la Maison Champs-Élysées. LISEZ les extraits du procès-verbal de l'assemblée générale extraordinaire du 14 décembre 2009 Mais Paul Roll fait de la résistance et engage un bras de fer avec la mairie. Le conflit d'intérêts n'est absolument pas avéré, affirme-t-il, soutenu en cela par Thierry Le Roy, conseiller d'État et président de l'OTCP. Il s'attache les services d'un avocat, François Klein, pour négocier les conditions de son départ. Une négociation qu'il dit lui-même "digne de marchands de tapis". C'est la panique à la mairie de Paris....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant