Maintien : Et si Toulouse était maintenant favori ?

le
0

A deux journées de la fin de la saison, la course au maintien ne concerne plus que trois équipes. Du Gazélec Ajaccio, de Reims et de Toulouse, seul le TFC a pris un point ce week-end. Un point qui pourrait valoir très cher pour les hommes de Pascal Dupraz, qui bénéficient d’un calendrier bien plus abordable.

En arrivant à Toulouse il y a quelques semaines, Pascal Dupraz savait que cet enchaînement Lyon – Saint-Etienne pourrait être fatal à son équipe. Mais comme c’est le cas depuis qu’il a succédé à Dominique Arribagé, ses joueurs ont fait bonne figure. Vaillants mais battus contre l’OL, les coéquipiers de Wissam Ben Yedder ont dû se contenter du point du match nul à Saint-Etienne malgré une nette domination. Un point qui pourrait malgré tout compter dans la course au maintien. Car dans le même temps, si Marseille s’est imposé à Angers et a assuré pour de bon son avenir en L1, les deux derniers concurrents, le Gazélec Ajaccio et Reims, ont perdu. Du coup, avec un calendrier nettement plus favorable pour terminer la saison, le TFC se retrouve presque favori dans la course au maintien. Samedi, les Violets recevront Troyes au Stadium, avant un déplacement à Angers, officiellement écarté d’une course à l’Europe depuis dimanche. Sur le papier, en jouant au niveau qui est le leur depuis des semaines, les Toulousains semblent en mesure d’engranger six points. Mais même trois pourraient suffire. Avec une meilleure différence de buts que le Gazélec Ajaccio, Toulouse a de vraies chances de sortir de la zone rouge dès samedi prochain en cas de victoire contre Troyes. Il faudra pour cela que Reims chute à Marseille et qu’Ajaccio s’incline face au PSG. Hautement envisageable. Pour les Corses, c’est sans doute le déplacement à Lorient lors de l’ultime journée qui servira de juge de paix. Une équipe lorientaise qui parait avoir lâché depuis son élimination en demi-finale de la Coupe de France et qui reste sur deux défaites. En revanche pour Reims, la mission s’annonce périlleuse. David Guion, le nouvel entraîneur du club champenois, n’a d’ailleurs pas hésité à parler de « casse du siècle » pour s’offrir une nouvelle saison dans l’élite. Car après un déplacement à Marseille samedi, les Rémois recevront Lyon le week-end suivant. Une équipe lyonnaise invaincue depuis le 21 février. Secrètement à Reims, on espère que les hommes de Bruno Genesio battront Monaco lors du choc de la 37eme journée. Une victoire qui assurerait la deuxième place de Ligue 1 à l’OL, qui pourrait alors se déplacer plus tranquillement à Auguste-Delaune.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant