Maintien en détention requis pour Patrice de Maistre

le
0
Maintien en détention requis pour Patrice de Maistre
Maintien en détention requis pour Patrice de Maistre

BORDEAUX (Reuters) - Le parquet général de Bordeaux a requis mardi le maintien en détention Patrice de Maistre, l'ancien gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt.

L'avocat général Pierre Nalbert s'exprimait lors d'une audience publique devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux. Cette dernière devait trancher soit dans la journée, soit après un court délibéré.

Une expertise médicale ordonnée fin mars et dont les conclusions ont été présentées à l'audience a conclu que son état était compatible avec la détention. Incarcéré depuis un mois, Patrice de Maistre n'était pas présent à l'audience.

Il a été écroué le 23 mars sur demande du juge d'instruction Jean-Michel Gentil après la découverte de retraits en espèces sur la fortune de l'héritière de L'Oréal en Suisse.

Ces retraits portent sur quatre millions d'euros entre 2007 et 2009, dont deux de 400.000 euros chacun au premier semestre de 2007, à des dates qui laissent soupçonner un financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.

Poursuivi pour "abus de faiblesse, abus de biens sociaux et escroquerie aggravée", Patrice de Maistre ne nie pas les faits mais assure qu'il ne sait pas où est allé l'argent. Une première demande de libération avait été rejetée le 30 mars, mais un examen médical a alors été ordonné.

"Une chose est sûre, c'est que ce n'était pas pour lui", a dit son avocate Jacqueline Laffont à Reuters début avril. "On fait, à un moment très précis qui n'a échappé à personne, porter un chapeau très large à M. De Maistre".

Patrice de Maistre assure qu'il a remis l'argent à Liliane Bettencourt et à son mari André, décédé fin 2007, sans jamais savoir ce qu'ils en ont fait.

Le premier retrait de 400.000 euros, le 5 février 2007, précède de deux jours une rencontre entre Patrice de Maistre et Eric Woerth, alors trésorier de l'UMP et de la campagne Sarkozy. Patrice de Maistre était membre du "Premier cercle", club des donateurs fortunés de l'UMP.

Par ailleurs, dans un carnet saisi par la police, le photographe François-Marie Banier, qui a bénéficié des largesses de Liliane Bettencourt en tant que confident, rapporte à la date du 26 avril, qui correspond à l'autre retrait de 400.000 euros, une phrase de la milliardaire: "De Maistre m'a dit que Sarkozy avait encore demandé de l'argent. J'ai dit oui".

Claude Canellas, avec Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant