Maine-et-Loire : le maire gay d'un village annonce son mariage

le
1
Maine-et-Loire : le maire gay d'un village annonce son mariage
Maine-et-Loire : le maire gay d'un village annonce son mariage

Christophe Dehier, le maire de La Fosse-de-Tigné (Maine-et-Loire), un village de 226 habitants près d'Angers, a choisi d'annoncer son mariage avec son compagnon pour «livrer un message positif à ceux qui peinent à assumer leur homosexualité». Echarpe tricolore en bandoulière, l'élu et Jean-François, avec lequel il vit depuis quatorze ans, ont fait la Une du quotidien angevin Le Courrier de l'Ouest mercredi, sous le titre «Le maire va dire oui à son compagnon».

« On a suffisamment vu cette écharpe en tête des cortèges des opposants. C'est un pied de nez à certains confrères et une façon de sortir de toute cette période trouble », a expliqué Christophe Dehier, 41 ans, qui dirige cette commune rurale depuis 2008. Originaire de la région parisienne, ce gérant de salles de réceptions et de chambres d'hôtes est arrivé dans le village en 2004, avec son compagnon, Jean-François Dupeyroux, responsable commercial, de deux ans son cadet. Une intégration «parfaitement réussie», selon eux, dans un milieu pourtant empreint de traditions.

«On fait tout ça par amour quand même»

«Les gens l'ont su rapidement et ne nous l'ont jamais reproché. Avant les élections, l'ancien maire, qui est devenu un ami, m'avait dit attend toi à avoir des remarques sur les bulletins de vote. Mais le jour du scrutin, nous n'avons eu qu'une seule surprise, dont nous n'avons toujours pas décrypté le sens : une liste entièrement rayée sauf mon nom qui était souligné en rose !», raconte l'élu.

Selon les deux hommes, la prise de responsabilité de Christophe a joué aussi en leur faveur. «Nous n'avons jamais été démonstratifs non plus, ni militants. Mais aujourd'hui que la loi est votée, on a juste envie de rendre la chose publique pour dire qu'elle s'applique», expliquent à deux voix les futurs mariés. Pacsés depuis 2003, ils affirment aussi vouloir profiter de la loi pour en cas de décès, protéger celui qui restera. «Parce qu'on fait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 6 juin 2013 à 16:54

    Bel exemple pour les enfants "normaux" ?...