Maillot jaune pour le noir : des polars à dévorer cet été

le
0
"Le Gardien du phare" (Actes Sud) de Camilla Läckberg All rights reserved
"Le Gardien du phare" (Actes Sud) de Camilla Läckberg All rights reserved

(AFP) - En tête du peloton des lectures de vacances, de nombreux polars feront frissonner les lecteurs cet été, du roman noir au thriller psychologique, du rapt de Paris Hilton à la schizophrénie suédoise, en passant par la redoutable forêt guyanaise.

Honneur à la reine du polar suédois, toujours en tête des ventes, Camilla Läckberg. Son nouveau thriller, "Le Gardien du phare" (Actes Sud) met en scène ses personnages fétiches: Erica, la femme de l'inspecteur Patrick Hedström, qui enquête sur le mystérieux assassinat de Mats Sverin, un comptable sans histoires. Mais quand la police fouille son passé, elle se heurte à un mur de secrets. Qui est-il vraiment ? Avant sa mort, il est allé voir son amour de jeunesse sur l'île de Grâskär, appelée "L'île aux esprits" par les gens du cru. Mafia, escroquerie, extrémistes de droite, femmes battues, folie et fantômes, tout se mêle pour créer un suspense qui, de meurtres sanglants en rebondissements angoissants, tient le lecteur en haleine jusqu'au coup de théâtre final.

Avec "La Femme qui valait trois milliards" (Ring), Boris Dokmak, né en 1967 à Kiev et nouveau venu dans l'univers du thriller, se hisse au niveau des maîtres du genre avec un polar labyrinthique tout en démesure. Au coeur de l'intrigue se déroulant dans un futur proche, la disparition inexpliquée de la célèbre Paris Hilton, qui sème la mort et le chaos. De Bruges à l'Amérique latine, de l'Égypte à Saint-Pétersbourg, le livre grouille de tueurs en série, de momies, de narcotrafiquants, de flics ripoux, de pédophiles, sans parler de services secrets déboussolés et de chercheurs déjantés... L'auteur parsème ce récit haletant d'articles de presse sur l'affaire Hilton, de retranscriptions de vidéos, d'écoutes et d'extraits des journaux intimes des protagonistes.

Dans un style plus classique et psychologique, "Un corbeau au 36" d'Aurélie Benattar (Les Nouveaux Auteurs), Prix Femme actuelle 2013, emporte le lecteur dans une sombre manipulation et l'envers du décor de la PJ. Le commissaire Stéphane Fontaine reçoit des messages anonymes dénonçant un violeur au sein du 36 Quai des Orfèvres. Son travail se complique quand la patronne de la PJ lui impose sa nièce, graphologue. Un meurtre est commis selon le mode opératoire décrit par le Corbeau et la jeune femme perturbe l'enquête...

Tueurs de flics, politiciens corrompus, trafiquants de drogue très méchants et figures perverses peuplent "Fantôme" (Gallimard) du grand romancier norvégien Jo Nesbo, qui n'hésite pas à mettre en péril la vie de son héros récurrent, l'ex-inspecteur Harry Hole. Au-delà de l'action trépidante qui rebondit à chaque page, enchaînant habilement les fausses pistes, Nesbo déboulonne implacablement quelques mythes de la société norvégienne et de la social-démocratie à la scandinave. Et le dénouement nous laisse pantois.

Loin d'Oslo, Colin Niel nous entraîne au coeur de l'Amazonie, en Guyane française. À la fois polar et roman d'aventure, "Ce qui reste en forêt" (Le Rouergue) immerge le lecteur dans une nature hostile et méconnue. Les gendarmes découvrent le cadavre d'un scientifique dissimulé sous les arbres. Qui les a guidés jusque-là en cognant sur un tronc ? Le chercheur a-t-il été tué par les orpailleurs clandestins ? Par un rival ? La découverte énigmatique d'un albatros des mers australes a-t-il un lien avec le meurtre ? Quand une nouvelle tragédie complique encore les recherches, le capitaine Anato commence à soupçonner tous ces barrés bardés de diplômes... Et l'enquête tourne au chaos.

Après "Étrange suicide dans une Fiat rouge à faible kilométrage", le facétieux L.C. Tyler revient avec un autre délicieux polar à l'anglaise "Homicides multiples dans un hôtel miteux des bords de la Loire" (Sonatine, le 15 août). Son héros est un obscur auteur de romans policiers, Ethelred Tressider. Un jour, il disparaît en laissant tout derrière lui. Un philatéliste qui loge dans l'auberge où il s'est réfugié se fait alors assassiner. Tressider rêve de réunir tous les suspects dans le salon de l'hôtel et de leur révéler le nom du coupable, hommage à l'âge d'or du roman policier. L'auteur joue alors sur tous les clichés du genre et multiplie les mises en abyme pour nous offrir un petit bijou irrésistible.

cha/pjl/ed

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant