Maillot, Beaugrenelle et So Ouest, prochaines zones de combat

le
0
La difficulté reste de trouver une cohérence dans l'ouverture dominicale à Paris et en proche banlieue.

«Si on commence à ouvrir la boîte de Pandore, bien d'autres commerçants à Paris et en proche banlieue pourraient être embêtés...», soupire un avocat qui intervient régulièrement pour des enseignes attaquées en raison de leur ouverture le soir ou le dimanche. Si les cas des Champs-Élysées ou encore du boulevard Haussmann sont sur la place publique depuis quelques années - sans consensus pour autant -, ceux d'autres zones commerciales, tout aussi incohérents, pourraient l'être demain.

C'est déjà un peu le cas de Bercy Village, le centre commercial attenant au Palais omnisports. Le dimanche, les visiteurs des événements sportifs et aussi de nombreux riverains y vont au cinéma, y déjeunent, et jusqu'à il y a quelques semaines pouvaient flâner à la Fnac et chez Sephora. Le magasin de parfums, qui ouvrait depuis longtemps le jour du Seigneur sans autoris...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant